Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • SOURIRE
  • Princesse me croyant souvent grenouille, j'ai besoin de toucher au sens de cette vie, de m'ouvrir à ma véritable nature. J'essaie d'etre presente a  tout ce qui se presente a moi, avec curiosité, amour et joie...
  • Princesse me croyant souvent grenouille, j'ai besoin de toucher au sens de cette vie, de m'ouvrir à ma véritable nature. J'essaie d'etre presente a  tout ce qui se presente a moi, avec curiosité, amour et joie...

Texte Libre

Rechercher

Archives

25 avril 2007 3 25 /04 /avril /2007 13:11
Du bon usage des symboles du Reiki
 
La technique thérapeutique consiste à célébrer la présence de Dieu en l’autre personne
Richard Moss
 
Plus j’évolue dans ma pratique et ma compréhension du Reiki, plus je ressens à quel point il n’y a, en réalité, rien à chercher, rien à créer, ni rien à obtenir. Le plus grand secret du Reiki consiste simplement à “maintenir son être dans l’Être”. C’est le but caché du Reiki, qui n'a pour autre objectif que de nous ramener dans cette “Présence”. Ainsi que me l’écrivait une de mes stagiaires : Vivre le Reiki, c’est vivre dans la  Présence à chaque instant, c’est laisser cette Présence faire le travail en nous, afin d’être un canal d’Amour pour tous ceux qui souffrent, et tout cela, dans le plus grand silence.
 
La question est de savoir en pratiquant si l’on se relie à la partie en souffrance (d’une personne, d’une situation, d’un lieu, d’un événement, passé ou futur, etc...) ou si, grâce au Reiki, l’on entre en résonance avec la dimension divine et ultimement parfaite, de cette personne, de cette situation ou de ce lieu... C’est ici que les symboles prennent tout leur sens et que l’on réalise, par l’expérience, la profondeur de leur fonction, celle de nous amener à une qualité de “pure perception”.
 
La pure perception est le point de vue extraordinaire du Véhicule de Diamant. Elle consiste à reconnaître la nature de Bouddha qui réside dans tous les êtres et à percevoir la perfection et la pureté originelle dans tous les phénomènes
 
Les symboles d’Usui ont pour objectif de nous rappeler cette évidence oubliée. Ils sont comme des fenêtres sur l’Absolu, celui de notre vraie nature. On a tendance à le perdre de vue en pratiquant, ne percevant à tord que les patients dans leur souffrance, les situations de vie dans leur limitation, ou encore, l’enfant intérieur avec ses nombreux traumatismes du passé. Le point le plus important est donc de ne plus voir la personne, le problème, la situation ou l’événement douloureux d’hier, mais bien de garder à l’esprit, à la lumière des trois symboles, la dimension de plénitude et accomplie de tout être et de toute chose. Et c’est cela qui, fondamentalement, guérit.
 
Selon La Voie Infinie, tout l’art de la guérison spirituelle réside dans le fait d’oublier à la fois le patient et son problème. Ensuite, il convient de se tourner vers le dedans de soi-même, afin d’y contacter la Présence Divine, cette grâce omnipotente de Dieu qui nous suffit en toutes choses. Il se produira ce qu’on appelle une “guérison spirituelle”. Mais en apparence seulement. En réalité, il ne se passe rien, puisqu’il n’y a rien à guérir. Aux yeux de Dieu, comme à ceux de tous les grands Illuminés, le monde est parfait tel qu’il est. Il n’y a donc rien à y changer.
Lina Cristi
 
Durant une telle pratique, on ne perçoit plus une problématique spécifique, mais on garde à l’esprit l’image - on pourrait dire l’icône - du symbole, manifestation de la vérité absolue. On ne voit plus la personne malade, mais, là encore, uniquement la vision du symbole, reflet de la perfection originelle. Lors d’un soin à distance par exemple, on envoie du Reiki non à l’être en souffrance (soi-même ou autrui), mais à son essence la plus secrète, la dimension de totalité. C’est celle-ci qui va prendre soin et guérir l’aspect de soi qui, sur le plan relatif, dans sa nature duelle et fragmentée, expérimente la douleur, la peine et la confusion. On ne se relie plus simplement à l’enfant intérieur, avec ses souffrances du passé, mais à l’enfant Bouddha en soi. Au-delà de toutes les illusions, de toutes les peurs, de toutes les limitations, la nature réelle de l’esprit est totalement libre, ouverte et sans limite.
Cela me fait penser à un vieux koan de la tradition zen, qui demandait quel était notre visage avant la naissance de nos grands-parents ? Quel est donc le visage de notre vraie nature, avant même la naissance de nos problèmes, de notre souffrance et de notre frustration ? N’est-ce donc pas ce “visage d’éternité” que le Reiki nous demande de retrouver, plutôt que de traiter le masque de souffrance que nous portons maintenant ? Si je reprends contact avec le Bouddha de mon propre esprit, c’est-à-dire la dimension éveillée de ma nature profonde, je réalise du même coup qu’il était déjà là, dans les souffrances de mon enfance, et qu’il sera toujours là, à l’instant même de ma mort... Cette rencontre est source de libération.
 
Le point en pratiquant est donc de s’immerger dans l’espace de silence et de présence qu’offre les symboles du Reiki. Les faire unir à son esprit, ou se fondre en eux, les devenir totalement et s’oublier soi-même complètement. Faire un avec chacun d’eux. Je dis “faire”, mais vous comprenez bien sûr qu’il n’y a justement rien à faire, mais seulement être et se laisser porter par leur énergie. Cela ne s’apprend pas. Cela se découvre et se vit. Il n’y a, en effet, rien à provoquer mais juste à se tenir prêt et en éveil. Est-ce que vous l’êtes, vous aussi, grâce aux symboles d’Usui ?
 
J’ai un dernier conseil du coeur à vous proposer : lorsque vous pratiquez le Reiki, ne voyez pas la personne en souffrance en premier, mais rencontrez sa part de lumière et de perfection que représente le troisième symbole. Rentrez en contact avec l’énergie d’amour, de compassion et de bonté universelle, et donnez lui celle-ci, ainsi que la liberté du coeur et l'apaisement de l’esprit, à travers le second symbole. Offrez à cette personne la force nécessaire à sa métamorphose, ou simplement, dans un premier temps, l’énergie dont elle a besoin pour faire face à sa souffrance, en vue de l'accepter, de la dépasser et de la transformer véritablement. Ceci est l’oeuvre du premier symbole.
 
Le Reiki est en cela une voie profonde afin de réintégrer la condition naturelle, l’état originel. Ses initiations sacrées sont une invitation à demeurer, à être, pleinement là, dans le silence et la présence. La pratique ultime de guérison, selon notre discipline, c’est de nous révéler l’espace d’unité qui existe entre celui qui pratique et la personne soignée. Souvenons-nous que “dans le plus haut royaume de l’Essence Vraie, il n’y a ni autre ni soi.” D’après mon initiateur Don Alexander, la question à se poser est de se demander “qui” offre du Reiki à “qui” ? La réponse que je propose c’est que, dans cet état de grâce où nous emmène le Reiki, il n’y a jamais eu, dès le départ, deux personnes, mais un seul être, guérit dans sa nature la plus profonde. Il n’y a qu’un seul mouvement, celui de l’Énergie, ou de la Vie. Un simple mouvement, infini et continu. Non pas un mouvement d’une personne à une autre, ni celui d’un “soignant” à une “personne soignée”. Juste un mouvement illimité, où chacun se révèle être la plus belle réflexion de l’autre ! Si on rentre profondément dans chacun des symboles d’Usui, on réalise peu à peu cela. Puis, viendra une autre étape où, comme l’exprime Padmasambahava, un maître de la tradition tibétaine :
 
Guérir l’essence de la maladie ne nécessite pas l’once d’un remède ou la moindre syllabe d’un chant de cérémonie de guérison. Ne considérez pas la maladie comme un obstacle ou comme une vertu. Laissez votre esprit sans fabrication et libre... coupant à travers le flot des pensées conceptuelles... les vieilles maladies disparaîtront d’elles-mêmes et vous serez protégés des autres.
 
1 Dilgo Khyentsé Rinpoché in L'sprit du Tibet de Mathieu Ricard
© Patrice Gros  http://www.reikido-france.com/
 
Partager cet article
Repost0

commentaires