Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • SOURIRE
  • Princesse me croyant souvent grenouille, j'ai besoin de toucher au sens de cette vie, de m'ouvrir à ma véritable nature. J'essaie d'etre presente a  tout ce qui se presente a moi, avec curiosité, amour et joie...
  • Princesse me croyant souvent grenouille, j'ai besoin de toucher au sens de cette vie, de m'ouvrir à ma véritable nature. J'essaie d'etre presente a  tout ce qui se presente a moi, avec curiosité, amour et joie...

Texte Libre

Rechercher

Archives

14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 21:26
J'ai passé le changement d'année seule, dans une petite maison en pierres de la Drôme provençale, avec un feu de bois: endroit superbe! Je suis partie sans livres, avec juste un enseignement de Krishnamurti et une interview d'Arnaud, du Mozart, mon coussin de méditation, quelques fiches de mouvements de yoga et un cahier. Au programme, méditation devant la cheminée, yoga, balades dans la nature, écriture. Je ressentais vraiment que le moment était au retrait de la vie ordinnaire et cette semaine m'a fait le plus grand bien. Je suis allée deux fois à l'Abbaye d'Aiguebelle, chez les moines cisterciens, pour les écouter chanter: moments magiques! retraite-2007-2008-008-copie-2.jpg
Cette semaine a commencé dans l'amour, l'amour de ma tante qui m'a prêté sa maison, amour de mon oncle qui a fait l'aller-retour dans la journée pour m'ouvrir la maison (la porte était difficile à ouvrir et il a dû effectuer une petite réparation), m'a fait un feu dans la cheminée, ouvert les fenêtres pour mon arrivée. MERCI à tous deux.
Et puis, j'ai eu, toute la semaine, un petit voisin rigolo que j'ai appelé "coquin", un petit rouge-gorge tout rond qui sautillait toute la journée dans le jardin! 
Dans les cyclamens fanés
Rouge-gorge sautillant
Le vent froid secoue le pin
J'ai vu combien il était difficile de rester là, sans pouvoir fuir dans la lecture, dans la discussion, dans les distractions, bien que j'en ai trouvé quand même. Un soir, j'en avais tellement marre que j'ai lu un Picsou que des enfants avaient laissé! C'est pour dire!!!  A l'Abbaye, j'ai acheté le dvd "Le grand Silence" et je l'ai regardé un soir mais je sais que c'était aussi une sorte de distraction, même si c'est la vie des moines de la grande Chartreuse et que la vision de ce film s'apparente à une méditation! Oui, qu'il est dur de rester dans le silence, avec soi-même, sans pouvoir s'échapper. Même écouter Arnaud ou Krishnamurti me distrayait de ce qui se passait en moi-même. retraite-2007-2008-003.jpg
J'ai eu le temps de faire le point sur ma vie, mes facilités, mes éccueils, mes dons, mes difficultés. 
J'ai écrit le 30 décembre: Etre au service de la Vie, voilà ce que je veux.
Le même jour, une très chère amie est passée me voir mais j'ai eu le courage de lui dire que je ne voulais pas qu'elle reste, c'est nouveau pour moi qui suis toujours dans le "faire plaisir". J'apprends à m'aimer, à respecter mes besoins. C'est bon.
Le 31, j'écris: L'agitation extérieure due aux rafales du vent dans le grand pin contraste avec la paix et le calme intérieur de la maison et de moi-même.
Ecrit le 1er de l'an: Que de choses passionnantes à vivre cette année, cette année de mutation, de transformation intérieure -CONFIANCE.
Sur la fenêtre penchées
Les jacintes bleues
Exhalent leur délicat parfum.
J'ai pris la mesure du temps, de l'espace, du silence nécessaire à la réalisation de notre véritable nature. Comment faire dans cette vie que nous menons?
Un chant des moines d'Aiguebelle m'a particulièrement touchée qui dit: "Rendons grâce à l'Esprit qui habite dans notre coeur". J'ai aimé chanté le "Notre Père" avec eux. retraite-2007-2008-006.jpg
Le 2 janvier: Difficile, dans le silence de cette retraite, de ne pas me laisser envahir par les pensées. Oui, ce sont elles qui me font mal. Si je suis au présent, très vivante, sans pensées ou rêveries, je suis joyeuse. C'est l'ego qui souffre, c'est l'ego qui a du ressentiment, et l'ego n'est que les pensées, les émotions, la mémoire, les mécanismes? Mais alors, qui est vraiment Pascale?
Le 3 janvier: Doit-on se confronter au monde ou se retirer du monde pour avancer? Comment Arnaud a-t-il pu s'éveiller dans la situation complexe de vie où il se trouvait?
Et le soir: Il y a de quoi devenir folle dans cette solitude et ce silence. L'esprit se saisit de tout ce qui passe et fait mousser pour s'en délecter! 
Et le 4: Moral dans les chaussettes. Je ne suis pas faite pour vivre en ermite! sans livre, sans rien à faire, sans voir personne. Ne pas bouger! Vivre tout ça au plus près! Ne pas m'échapper! Et puis un calme survient au bout d'un moment à l'intérieur de moi.
Plus tard: Vivre passionnément - vivre pour vivre - vivre pour la Vie - pour la beauté - pour la bonté.
Krishnamurti: Mourir chaque jour - naître chaque jour.
5 janvier: Départ: déjà! Dernière promenade au prieuré d'Alleyrac, en ruine dans la forêt, un endroit où j'allais marcher et méditer chaque jour.
retraite-2007-2008-009.jpg
Voilà, retour à la maison, plus proche de moi que jamais.
MERCI à tous ceux qui ont participé de près ou de loin à ce moment, MERCI à Pascale d'être ce que tu es, de me faire vivre de telles choses... MERCI à ceux qui me liront. 
Pascale
Partager cet article
Repost0

commentaires

L
J'ai eu ma même réaction..quand l'information est venue à la rencontre d'un vécu que j'ai adopté sans raison particulière si ce n'est le sentiment d'une impérieuse nécésité..comme si l'on avait juste ..à "suivre" .<br /> J'apprécie ta compagnie sur ce chemin..
Répondre
S
Je suis contente d'apprendre que l'année 2008 est l'année du retrait, parce que je vis vraiment ça en ce moment, un retrait, c'est vraiment le mot... un retrait qui me prépare... je ne sais pas à quoi? mais je le ressens en moi...
Répondre
L
En d'autres lieux<br /> en ce début d'année <br /> j'ai choisi la même solitude .<br /> <br /> C'est dire combien <br /> la saveur de chaque mots <br /> m'est proche .<br /> <br /> Depuis j'ai appris <br /> que symboliquement <br /> 2008 est l'année du retrait .<br /> <br /> Tout un programme..
Répondre
S
Merci Yannick pour ton commentaire. Douceur envers soi-même ou complaisance? C'est un peu comme en méditation, je choisi de m'asseoir sur un coussin une demi-heure sans bouger, si je me gratte, c'est le mental qui a gagné. Eh bien là, c'est pareil, j'ai choisi de ne pas me distraire et de rester face à moi-même durant une semaine, je l'ai fait. Mais je ne crois pas avoir manqué de douceur avec moi-même. Je ne me suis tout de même pas demandé l'impossible. Je te souhaite à mon tour une année pleine de douceur et de vigilance!!! A bientôt. Sourire
Répondre
Y
Je découvre ton blog, et j'y reviendrais. Je comprends ce désir de se retirer, mais j'ai l'impression que tu en as fait un peu trop. Est-ce utile de se frustrer? Sinon que les manques apparaissent d'autant mieux. J'ai connu ça! Je te souhaite une bonne année, pleine de douceur avec toi même.
Répondre