Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • SOURIRE
  • Princesse me croyant souvent grenouille, j'ai besoin de toucher au sens de cette vie, de m'ouvrir à ma véritable nature. J'essaie d'etre presente a  tout ce qui se presente a moi, avec curiosité, amour et joie...
  • Princesse me croyant souvent grenouille, j'ai besoin de toucher au sens de cette vie, de m'ouvrir à ma véritable nature. J'essaie d'etre presente a  tout ce qui se presente a moi, avec curiosité, amour et joie...

Texte Libre

Rechercher

Archives

11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 22:14

Poème de Tagor, envoyé d'Algérie par enfant d'azur 
pour qui c'est son poème préféré. Merci à lui.

Toujours, tu te tiens solitaire par delà les ondes de mes chants.
Les vagues de mes harmonies baignent tes pieds,
mais je ne sais comment les atteindre.
Et ce que je joue pour toi est une musique trop lointaine.
C'est la douleur de la séparation qui s'est faite mélodie : elle chante par ma flûte.
Et j'attends l'heure où ta barque traversera l'eau jusqu'à mon rivage,
et où tu prendras ma flûte dans tes mains.
Écoute, mon coeur ; dans cette flûte chante
la musique du parfum des fleurs sauvages,
des feuilles étincelantes et de l'eau qui brille;
La musique d'ombres sonores, d'un bruit d'ailes et d'abeilles.
La flûte a ravi son sourire des lèvres
de mon ami et le répand sur sa vie.
Cet amour entre nous n'est point un simple badinage, mon aimé.
Encore et encore les nuits rugissantes
des tempêtes se sont abattues sur moi, éteignant ma lumière ;
des doutes noirs se sont amassés, effaçant toutes les étoiles de mon ciel.
Encore et encore les digues ont été rompues, 
laissant les flots balayer mes moissons,
et les plaintes et le désespoir ont déchiré mon ciel de part en part.
Et j'ai appris que dans votre amour,
il y a des coups douloureux, mais jamais
l'apathie glacée de la mort.

Qu'est-ce que j'aimerai que vous puissiez lire ce poème en écoutant du Saranghi, mais je ne sais pas insérer une musique sur le blog! Dommage!

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Merci Acouphène pour tes conseils. Je vais essayer.
Répondre
A
J'adore Tagore...<br /> Pour le son, tu peux essayer en lisant à cette adresse (sinon je peux te donner un code). http://www.over-faq.com/article-1732966.html<br /> Le souci est qu'il faut charger la musique sur un serveur pour lui donner une adresse du gengre http://...<br /> Si ton morceau n'est pas trop important, tu peux me l'envoyer à wolfy2(at)tele2.fr et je t'envoie le code. a+
Répondre
S
Merci Enfant d'Azur pour ce deuxième magnifique poème. Oui, l'amour et la beauté, avons-nous besoin d'autre chose???<br /> Merci à tous les autres amis de ce blog, pour ces partages de coeur à coeur. Merci, merci...
Répondre
E
bonjour sourir lol...<br /> pascal, je t'envoie volentairement et amicalment ce poème persane que j'admire beaucoups et que j'aimerai partager avec toi et si tu veux bien le partager toi auyssi avec tes amies, éh bien ce sera mon plaisirte.<br /> je rapelle que la sourece de ce poème est le site suivant;http://www.moncelon.com/ringgenberg5.htm<br /> pour celui ou celle qui aime et admire la poèsie spirituelle persane.<br /> <br /> Ainsi Djâmi raconte-t-il qu’avant la création des mondes, la beauté et l’amour étaient unis dans l’Infini.[1] <br /> <br /> <br /> <br /> Dans cette retraite solitaire, où l’existence était dépourvue de signes,<br /> <br /> Et où l’univers était caché dans le coin du néant, <br /> <br /> Il y avait un Être loin de toute dualité,<br /> <br /> Loin de tout dialogue entre « Moi » et « Toi ».<br /> <br /> La Beauté, absolue et libre des limites des apparences,<br /> <br /> Ne se manifestait qu’à elle-même et par sa propre lumière.<br /> <br /> Belle ravissante dans la chambre nuptiale du Mystère,<br /> <br /> Sa robe était pure de toute atteinte de l’imperfection.<br /> <br /> Ni le miroir n’avait reflété son visage,<br /> <br /> Ni la main peigné ses cheveux.<br /> <br /> Le zéphyr n’avait détaché aucun fil de ses boucles.<br /> <br /> Son œil n’avait jamais vu la poussière du khôl.<br /> <br /> Aucun rossignol ne voisinait avec sa rose.<br /> <br /> Son duvet n’avait jamais été orné de fleurs.<br /> <br /> Son visage était libre de lignes [de maquillage] et de grain de beauté.<br /> <br /> Aucun œil, jamais, n’avait eu une image d’elle.<br /> <br /> Elle composait de la musique pour se charmer elle-même<br /> <br /> Et jouait avec elle seule au jeu de hasard de l’Amour.<br /> <br /> <br /> Mais la beauté, par nature, ne supporte pas d’être voilée,<br /> <br /> Le beau visage ne peut endurer le voilement,<br /> <br /> Et si tu fermes la porte à la belle face, elle se montrera par une autre ouverture.<br /> <br /> Regarde la tulipe dans la montagne,<br /> <br /> Comment elle se montre joyeuse et verdoyante au printemps,<br /> <br /> Fendant la pierre dure <br /> <br /> Et révélant alors sa beauté.<br /> <br /> S’il te vient une idée dans ton âme,<br /> <br /> Une idée brillante de rareté parmi les idées, <br /> <br /> Tu ne peux pas renoncer à elle,<br /> <br /> Tu l’exprimes par la parole ou par l’écriture.<br /> <br /> Lorsqu’il y a la beauté quelque part, telle est son exigence [de manifestation].<br /> <br /> Pour la première fois, ce mouvement apparut dans la Beauté prééternelle,[2]<br /> <br /> Qui dressa sa tente dans les régions saintes,<br /> <br /> Puis se manifesta aux horizons et aux âmes, <br /> <br /> Se révéla dans chaque miroir [des créatures et des mondes].<br /> <br /> Partout, alors, on parlait d’elle. <br /> <br /> <br /> De la Beauté rayonna un éclair sur la terre et les anges,<br /> <br /> Qui d’éblouissement les fit tourner comme le ciel.<br /> <br /> Tous les chanteurs de louange de Dieu, cherchant sans cesse à Le louer,<br /> <br /> A force d’être hors d’eux-mêmes, ne chantaient que la louange de Dieu.<br /> <br /> C’est de ces plongeurs de l’océan céleste<br /> <br /> Que s’éleva un cri : « Loué soit le Seigneur des mondes ! »<br /> <br /> De l’éclat de la Beauté jaillit une lumière qui tomba sur la rose,<br /> <br /> Et la rose enflamma la passion du rossignol. <br /> <br /> La bougie a allumé son visage à ce feu [de la Beauté]<br /> <br /> Et partout la bougie a brûlé des centaines de papillons.<br /> <br /> De cette Lumière, un seul rayon embrasa le soleil<br /> <br /> Et le nénuphar sortit de l’eau.<br /> <br /> La face de Leylâ emprunta à la face de la Beauté l’ornement de son visage,<br /> <br /> Et à chacun de ses cheveux Madjnun attacha son cœur.[3]<br /> <br /> La Beauté a sucré les lèvres de Shirin [la Douce]<br /> <br /> Qui a charmé le cœur de Parviz[4] et l’âme de Farhâd.[5]<br /> <br /> La Beauté a sorti sa tête du col de la « lune de Canaan »[6],<br /> <br /> Qui a complètement ruiné l’âme de Zuleikha.[7] <br /> <br /> <br /> <br /> C’est cette Beauté qui partout s’est manifestée [dans les beautés des mondes],<br /> <br /> Bien qu’Elle-même se soit retirée derrière un voile aux yeux de tous les amoureux.<br /> <br /> Quel que soit le voile [de beauté] que tu voies, c’est Elle [la Beauté].<br /> <br /> Quel que soit le mouvement d’amour, c’est Elle qui le meut.<br /> <br /> L’amour [de cette Beauté] est la source de la vie du cœur,<br /> <br /> Et par cet amour l’âme est comblée de bonheur.<br /> <br /> Tout cœur amoureux des beautés charmantes<br /> <br /> Qu’il le sache ou l’ignore n’aime au fond que la seule Beauté.<br /> <br /> <br /> Dernier grand poète classique de l’Iran, Djâmi (1414-1492) fut aussi un savant et un mystique...PATRICK RINGGENBERG.<br /> pour ma part j'imprime toujour sur net ce genre de poème mysthique, car je leur donne du temps pour les médité. parceque je l'es aime.
Répondre
E
Paroles d'espérance et de force au-delà des souffrances...<br /> Paroles de confiance en la Présence au-delà de la séparation...<br /> Merci sourire!
Répondre