Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • SOURIRE
  • Princesse me croyant souvent grenouille, j'ai besoin de toucher au sens de cette vie, de m'ouvrir à ma véritable nature. J'essaie d'etre presente a  tout ce qui se presente a moi, avec curiosité, amour et joie...
  • Princesse me croyant souvent grenouille, j'ai besoin de toucher au sens de cette vie, de m'ouvrir à ma véritable nature. J'essaie d'etre presente a  tout ce qui se presente a moi, avec curiosité, amour et joie...

Texte Libre

Rechercher

Archives

11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 18:06

Une approche de la thérapie centrée sur la personne 

 par Carl R. Rogers

...

La première condition, c'est l'authenticité, la vérité, ou la congruence. Plus le thérapeute est lui-même dans la relation, moins il s'abrite derrière une façade professionnelle ou personnelle, et plus grandes sont, pour son client, les chances de changement et d'épanouissement. L'authenticité signifie que le thérapeute manifeste ouvertement, dans ses attitudes, les sentiments qui l'animent à un moment donné. Il y a concordance, ou congruence, entre ce qu'il ressent au plus profond de lui-même, ce dont il est conscient, et ce qu'il montre à son client.

 

La seconde condition à l'avènement d'un climat favorable au changement, c'est la disponibilité, l'ouverture, l'affection, la valorisation, bref: un regard inconditionnellement positif. Quand, à l'égard de son client, le thérapeute est authentiquement positif, qu'il ne juge pas mais qu'il accepte, alors la probabilité s'accroît d'un progrès thérapeutique. Accepter, pour le thérapeute, signifie s'ouvrir à tout ce que peut, sur le moment, ressentir son client: confusion, mécontentement, peur, colère, courage, amour, fierté. C'est une affection sans possessivité. Quand le thérapeute valorise son client, totalement, inconditionnellement, alors on peut conjecturer quelques progrès.

 

La troisième condition facilitatrice, c'est une compréhension empathique. Cela signifie que le thérapeute perçoit avec exactitude les sentiments qu'éprouve son client, les significations intimes qu'il construit, et qu'il lui fait partager cette intelligence faite d'ouverture et de disponibilité. Quand il est au sommet de son art, le thérapeute a pénétré si profondément dans l'univers intime de l'autre, qu'il peut non seulement éclairer les significations dont son client est déjà conscient, mais même celles qui affleurent à peine sa conscience. Une telle écoute, aussi singulière que dynamique, est l'un des plus puissants facteurs de changement que je connaisse.

 

Faire confiance à la personne

L'approche centrée sur la personne s'appuie sur l'instinct d'accomplissement, ou tendance à l'actualisation, que possède tout organisme vivant et qui fait qu'il tend à croître, à se développer, à réaliser tout son potentiel. Elle fait confiance à l'élan vital qui conduit l'homme vers un développement plus complexe et plus complet. Elle se donne pour but de libérer cet élan vital.

 

Une quatrième dimension

...

Quand je suis au mieux de ma forme, aussi bien comme modérateur dans un groupe que comme thérapeute, je prends conscience de l'existence d'une dimension supplémentaire. Lorsque je suis le plus proche de mon moi intime et intuitif, lorsque je touche à l'inconnu en moi, lorsque peut-être je vis la relation dans un état de conscience légèrement altéré, alors tous mes actes ont un effet salutaire, alors ma simple présence est libératrice et utile. Cet état n'est jamais le fait de ma volonté: mais si je parviens à me détendre, à m'approcher du principe transcendantal qui m'habite, alors il se peut que j'agisse, dans la relation, de manière étrange et impulsive, d'une manière que je suis impuissant à justifier rationnellement, et qui n'a rien à voir avec mon intellect, mais d'une manière qui se révélera être la bonne, par quelque mystérieuse alchimie. Dans ces moments-là, j'ai l'impression que mon esprit est entré en contact avec celui de l'autre, que notre relation se dépasse elle-même et s'intègre dans quelque chose qui la transcende et qu'adviennent alors, dans toute leur profondeur, l'épanouissement, le salut et l'énergie.

 

Dans des groupes où je travaille, ce genre de phénomène transcendant se produit parfois, et change la vie de ceux qui sont concernés. Après un atelier, un participant le confirme avec éloquence: "Ce fut pour mon esprit une expérience profonde, où j'ai vécu l'unité spirituelle de la communauté. Nous respirions ensemble, nous pensions ensemble, nous parlions même l'un pour l'autre. J'ai senti le pouvoir de cet "élan vital, quel qu'il soit, qui souffle en chacun de nous. J'ai senti sa présence hors des barrières habituelles que dressent les "moi-je" et les "toi-tu"; c'était comme l'expérience d'une méditation dans laquelle je devenais un centre de conscience. Et en dépit de cet extraordinaire sentiment de communion, jamais l'unicité de chacun n'avait été mieux préservée."

 

Je vois bien que ce récit participe d'une mystique. Nos expériences, c'est indiscutable, sont imprégnées de transcendance, d'indescriptible, de spirituel. Je suis contraint de reconnaître que, comme bien d'autres, j'ai sous-estimé l'importance de cette dimension mystique et spirituelle.

 

Extraits de "L'approche centrée sur la personne" de Carl R. Rogers

 

http://www.simplypsychology.org/carl%20rogers.jpg

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sevim 12/08/2013 23:01

Oui c'est vraiment une approche mystique, qui a le mérite de ne pas s'emparer des choses, juste de laisser faire.J'aime beaucoup ce "retrait" de la personne qui aide,dit avec beaucoup de prudence
et de simplicité. Merci Pascale... je suis sûre que tu le vis au quotidien.. en toute simplicité. Tendresse