Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • SOURIRE
  • Princesse me croyant souvent grenouille, j'ai besoin de toucher au sens de cette vie, de m'ouvrir à ma véritable nature. J'essaie d'etre presente a  tout ce qui se presente a moi, avec curiosité, amour et joie...
  • Princesse me croyant souvent grenouille, j'ai besoin de toucher au sens de cette vie, de m'ouvrir à ma véritable nature. J'essaie d'etre presente a  tout ce qui se presente a moi, avec curiosité, amour et joie...

Texte Libre

Rechercher

Archives

18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 21:37

 

Réaliser que nous avons fait du mieux que nous le pouvions en fonction des circonstances, et voir l'ego comme une imitation de ce qui est vraiment - une tentative d'être nous-mêmes dans un monde qui ne reconnaissait, n'accueillait ni ne soutenait notre être -, nous aide à avoir plus de compréhension et de compassion envers nous-mêmes.

 

Notre ego en personne témoigne de la force d'amour. Il s'est développé comme une manière d'aller de l'avant, face aux menaces perçues vis-à-vis de notre existence, en premier lieu au manque d'amour. Là où l'amour fait défaut,nous avons construit des défenses égotiques. Donc, à chaque fois que nous mettons en branle nos comportements défensifs, nous rendons également implicitement hommage à l'amour comme étant la chose la plus importante.

 

J Wellwood

 

SP-A1048.jpg


Repost 0
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 08:27

 

Ainsi, notre détresse psychologique comporte au moins trois éléments:

- la douleur fondamentale de sentiments qui semblent écrasants;

- la contraction de l'esprit et du corps pour éviter de ressentir cette douleur;

- le stress d'avoir continuellement à soutenir et défendre une idéntité fondée sur cette fuite et ce refus.

 

John Welwood

(Pour une psychologie de l'Eveil - bouddhisme et psychothérapie - chemin de transformation personnelle et spirituelle)

 

John-Welwood-.jpg

 

John accompagne sur leur chemin des personnes avec le focusing et la méditation, c'est ce qui m'intéresse chez lui, car je m'y retrouve complètement. Son livre me permet de mettre des mots sur mon expérience et cela me permet d'ouvrir encore plus ce coeur sensible que je suis... Pascale

Repost 0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 12:00

 

 

Lorsqu'une partie de moi

se sent aimée,

elle s'éveille

à sa propre guérison.

 

Kevin McEvenue (Whole Body Focusing)

 

 

Lac-des-ch-nes-papillon-151.jpg

Repost 0
11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 18:06

Une approche de la thérapie centrée sur la personne 

 par Carl R. Rogers

...

La première condition, c'est l'authenticité, la vérité, ou la congruence. Plus le thérapeute est lui-même dans la relation, moins il s'abrite derrière une façade professionnelle ou personnelle, et plus grandes sont, pour son client, les chances de changement et d'épanouissement. L'authenticité signifie que le thérapeute manifeste ouvertement, dans ses attitudes, les sentiments qui l'animent à un moment donné. Il y a concordance, ou congruence, entre ce qu'il ressent au plus profond de lui-même, ce dont il est conscient, et ce qu'il montre à son client.

 

La seconde condition à l'avènement d'un climat favorable au changement, c'est la disponibilité, l'ouverture, l'affection, la valorisation, bref: un regard inconditionnellement positif. Quand, à l'égard de son client, le thérapeute est authentiquement positif, qu'il ne juge pas mais qu'il accepte, alors la probabilité s'accroît d'un progrès thérapeutique. Accepter, pour le thérapeute, signifie s'ouvrir à tout ce que peut, sur le moment, ressentir son client: confusion, mécontentement, peur, colère, courage, amour, fierté. C'est une affection sans possessivité. Quand le thérapeute valorise son client, totalement, inconditionnellement, alors on peut conjecturer quelques progrès.

 

La troisième condition facilitatrice, c'est une compréhension empathique. Cela signifie que le thérapeute perçoit avec exactitude les sentiments qu'éprouve son client, les significations intimes qu'il construit, et qu'il lui fait partager cette intelligence faite d'ouverture et de disponibilité. Quand il est au sommet de son art, le thérapeute a pénétré si profondément dans l'univers intime de l'autre, qu'il peut non seulement éclairer les significations dont son client est déjà conscient, mais même celles qui affleurent à peine sa conscience. Une telle écoute, aussi singulière que dynamique, est l'un des plus puissants facteurs de changement que je connaisse.

 

Faire confiance à la personne

L'approche centrée sur la personne s'appuie sur l'instinct d'accomplissement, ou tendance à l'actualisation, que possède tout organisme vivant et qui fait qu'il tend à croître, à se développer, à réaliser tout son potentiel. Elle fait confiance à l'élan vital qui conduit l'homme vers un développement plus complexe et plus complet. Elle se donne pour but de libérer cet élan vital.

 

Une quatrième dimension

...

Quand je suis au mieux de ma forme, aussi bien comme modérateur dans un groupe que comme thérapeute, je prends conscience de l'existence d'une dimension supplémentaire. Lorsque je suis le plus proche de mon moi intime et intuitif, lorsque je touche à l'inconnu en moi, lorsque peut-être je vis la relation dans un état de conscience légèrement altéré, alors tous mes actes ont un effet salutaire, alors ma simple présence est libératrice et utile. Cet état n'est jamais le fait de ma volonté: mais si je parviens à me détendre, à m'approcher du principe transcendantal qui m'habite, alors il se peut que j'agisse, dans la relation, de manière étrange et impulsive, d'une manière que je suis impuissant à justifier rationnellement, et qui n'a rien à voir avec mon intellect, mais d'une manière qui se révélera être la bonne, par quelque mystérieuse alchimie. Dans ces moments-là, j'ai l'impression que mon esprit est entré en contact avec celui de l'autre, que notre relation se dépasse elle-même et s'intègre dans quelque chose qui la transcende et qu'adviennent alors, dans toute leur profondeur, l'épanouissement, le salut et l'énergie.

 

Dans des groupes où je travaille, ce genre de phénomène transcendant se produit parfois, et change la vie de ceux qui sont concernés. Après un atelier, un participant le confirme avec éloquence: "Ce fut pour mon esprit une expérience profonde, où j'ai vécu l'unité spirituelle de la communauté. Nous respirions ensemble, nous pensions ensemble, nous parlions même l'un pour l'autre. J'ai senti le pouvoir de cet "élan vital, quel qu'il soit, qui souffle en chacun de nous. J'ai senti sa présence hors des barrières habituelles que dressent les "moi-je" et les "toi-tu"; c'était comme l'expérience d'une méditation dans laquelle je devenais un centre de conscience. Et en dépit de cet extraordinaire sentiment de communion, jamais l'unicité de chacun n'avait été mieux préservée."

 

Je vois bien que ce récit participe d'une mystique. Nos expériences, c'est indiscutable, sont imprégnées de transcendance, d'indescriptible, de spirituel. Je suis contraint de reconnaître que, comme bien d'autres, j'ai sous-estimé l'importance de cette dimension mystique et spirituelle.

 

Extraits de "L'approche centrée sur la personne" de Carl R. Rogers

 

http://www.simplypsychology.org/carl%20rogers.jpg

 

 

Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 08:02

Ouvert à tous, le séminaire d'été vous permettra de toucher au coeur de vous-même, dans une ambiance très conviviale et joyeuse, dans un lieu magnifique, au bord de l'Ardèche, avec baignades en plus... de vraies vacances... une merveilleuse façon de vous faire du bien, de toucher à une nouvelle façon de vivre qui peut vraiment transformer votre vie, comme elle a transformé la mienne...

DSC03456

Pour plus de détails, voir sur le site de l'IFEF, www.ifef.org, dans mes liens ou directement sur internet. Que les tarifs ne vous arrêtent pas, osez en parler...

 

Sinon, en week-end à l'institut Karma Ling, en Savoie:

Les 8 et 9 juin : bases de l'ACP/Focusing

Les 12 et 13 octobre: l'ACP et les attitudes facilitatrices

renseignements sur www.unirimay.net

toujours avec Bernadette et Gérard Lamboy, Docteurs en psychologie, psychothérapeutes et responsables de la formation à l'Ifef (l'Institut francophone . Deux personnes tellement humaines, accueillantes et chaleureuses que vous ne pourrez que les aimer... et qui incarnent parfaitement ce qu'ils enseignent, ce qui n'est pas toujours le cas!

* * *

Le focusing, pour moi, c'est le chainon manquant entre psychologie et spiritualité. Le moyen idéal pour savoir accueillir la réalité telle qu'elle est, à l'intérieur de nous.  Le focusing, développé par Eugène Gendlin, découle de l'ACP l'Approche Centrée sur la Personne de Carl Rogers (un des pères de la psychologie humaniste), les deux sont intimement liés.

 

Le focusing nous fait découvrir à l'intérieur de nous des repères internes sur lesquels s'appuyer pour vivre, développe l'intuition et la créativité, donne une grande confiance dans la vie, nous permet de tout accueillir, le joyeux et le difficile avec équanimité. 

 

Voilà vous savez tout. Pour moi, le focusing m'a considérablement aidé tant dans ma vie personnelle quotidienne que sur mon chemin spirituel. C'est un vrai bonheur...

 

A tout bientôt,

Pascale

Repost 0
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 17:10

  Coquelicots forces de vie

 

Pratiquer le focusing c'est d'abord se disposer à écouter avec bienveillance ce qui se présente à soi lorsqu'on tourne son attention vers l'intérieur. Qu'est-ce que je perçois, qu'est-ce que je ressens, qu'est-ce qui se vit en moi, là, maintenant? Pour ce faire, la condition première est le silence, silence des pensées qui le plus souvent commentent ce que je fais ou vis. Il s'agit de traverser cette zone de turbulence des pensées pour toucher de l'intérieur un certain ressenti, pas seulement celui des émotions facilement repérables (de la peine, de la gaieté, de la déception ou autre,...), mais plutôt quelque chose de flou et vague sans qu'on puisse pour autant le qualifier de confus, quelque chose de moins facilement repérable et défini car sous-jacent à ce que je peux nommer tout de suite. Par exemple, si vous répondez à la question "comment je vais là tout de suite?" (la fameuse question "comment ça va?) et que vous vous abstenez de répondre de manière stéréotypée pour écouter ce qui se trame en vous, vous allez percevoir des impressions difficilement nommables. Dans cet insaisissable il y a peu et beaucoup. Il y a ce qui vous constitue en cet instant et qui peut donner jour à une palette d'impression venant de vous (en mots, en images, en poèmes...)

 

Essayez: "comment je me sens maintenant?" Ne répondez pas, faites silence pour percevoir tout ce monde intérieur tel qu'il se vit au-delà des mots. Entrez en contact avec vos diverses sensations/impressions telles que vous les percevez. Dans ce silence des mots, essayez d'approcher avec délicatesse l'expérience intérieure qui se déploie, pour l'accueillir et lui donner l'espace dont elle a besoin pour se révéler.

 

Dans cet espace il y a une ouverture à ce que vous êtes vraiment. Un lâcher-prise opère qui n'est pas la volonté de lâcher-prise mais une disposition à recevoir ce qui vient de l'intérieur, du plus intime de vous. Cette attitude peut être considérée comme spirituelle", elle s'apparente à "l'esprit" qui parle, mais ici nous avons à faire à l'esprit incarné.

 

Dans la démarche du focusing c'est comme si vous alliez écouter une petite voie intérieure qui se fait entendre lorsque vous vous branchez sur le sens corporel caractéristique de votre manière de vivre une situation. Si vous vous demandez: "qu'en est-il pour moi dans cette situation" et que vous écoutez la réponse intérieure, que va-t-il se passer? Peut-être aurez-vous dans un premier temps des réponses toutes faites, formatées par votre éducation ou vos croyances. Laissez-les de côté pour aller sentir comment votre corps répond avec son langage particulier. Nous l'avons fait pour la question "comment ça va?" mais nous pouvons le pratiquer pour toute autre question. Une fois que nous avons perçu le sens corporel en lien avec la question/situation, nous pouvons l'écouter, il a quelque chose à nous apprendre. Le sens corporel, à partir du moment où vous l'écoutez, va se mettre à parler, à se faire entendre à l'aide de mots: c'est comme un message que votre corps vous délivre.

 

Supposons: vous êtes invité à une soirée mais vous n'avez pas vraiment envie d'y aller. Votre réaction première est peut-être de vous dire: "de toute façon je n'ai pas le choix, je suis obligé de répondre positivement à cette invitation" ou bien "je vais trouver un prétexte pour ne pas y aller". Mais le malaise grandit en vous. Vous allez prendre le temps de l'écouter. Il se manifeste comme une oppression sur la poitrine (sens corporel). C'est la manière pour votre corps de vous parler, aussi, vous accordez de l'importante à cette impression. Vous prenez un peu de temps avec cette oppression. Elle appuie vraiment fort et vous apparaît soudain comme une main qui vous empêche de respirer et même d'avancer. Vous continuez d'écouter. Cette main, cette main vous la reconnaissez, c'est celle de votre grand-père. Ah oui, une fois, lorsque vous étiez petit, il vous avait menacé, vous interdisant de vous rendre à une sortie à laquelle vous aviez tellement envie de participer. Une grande peine remonte, entrecoupée de colère. Quelque chose se dénoue en vous. Tout d'un coup vous vous sentez libéré. Une énergie nouvelle monte en vous, elle vous dit quelque chose comme: "c'est fini cette histoire, tu n'as rien à craindre, tu peux y aller", un nouvel élan vous gagne qui vous ferait sauter de joie.

 

Les réponses/messages qui nous viennent alors, à l'écoute du sens corporel, sont comme une voix qui parle vrai depuis l'intérieur. Cette écoute ne se pratique pas dans la maîtrise de soi (ou de l'autre) ni dans l'analyse de ce qui surgit, au contraire elle est disponibilité à ce qui affleure, à ce qui vient de l'intérieur. Dans ce sens elle n'est pas une attitude volontaire de contrôle, de concentration pourtant elle est teintée de vigilance et d'attention afin que le processus puisse se dérouler de son plein gré, sans interférences. Elle nécessite un certain abandon et la capacité de faire confiance. La voix qui se fait entendre alors nous aiguille dans la direction qui est bonne et juste pour nous. Si l'on prend une image, on pourrait dire qu'une petite étoile nous guide et cette étoile étincelle au plus profond de nous dans cette intériorité qui est à la dimension du ciel étoilé. J'aime découvrir que mon monde intérieur, tout comme le vôtre, est aussi vaste et surprenant que le monde des paysages qui s'offrent à mon regard. Quelque chose de l'ordre de la sagesse intérieure me parle à travers le sens corporel. Donner la parole à cette dimension c'est comme donner la parole à une dimension hors de notre conscience ordinaire, hors du connu (et trop souvent ressassé).

 

Laisser la place à ce message revient à faire confiance à la vie dans ses capacités à répondre de manière créative et constructive aux situations qui se présentent. Cette confiance dans quelque chose qui nous dépasse (la vie vient de plus loin que nous) et nous anime (la vie s'inscrit au coeur de notre être) caractérise une attitude spirituelle. C'est une manière de se confier à plus grand que soi - ce qui n'empêche pas de faire tout ce qui est en notre possible. Mais l'attitude qui sous-tend la démarche, donne priorité à ce mouvement autocréateur, à travers l'écoute du vivant en soi.

 

Dans le focusing, ce qui m'apparaît primordial, c'est ce mouvement de vie qui s'accomplit et auquel nous donnons la priorité en s'y abandonnant et s'y confiant. Un mouvement qui va dans le sens de la libération. Ce qui, à l'intérieur de nous, nous retient prisonnier, souffrant et en tension, se défait. Nos peurs, nos croyances limitantes, nos schémas et autres a priori se désagrègent, emportés par un processus naturel et spontané qui se déroule dès que nous lui offrons l'opportunité de se dérouler. Ce processus de changement donne place au vivant en soi, n'est-ce pas là, le miracle de la vie qui s'accomplit dans les petites choses aussi bien que dans les grandes.

 

Avec le focusing, nous cultivons un certain regard. Il est fait d'innocence (nous ne savons jamais ce qui va émerger) et d'émerveillement: assister au miracle du vivant, en être témoin et l'accompagner dans son déroulement est une grande réjouissance. Il naît ainsi une gratitude envers la vie, ses richesses, son inventivité. N'est-on pas proche du spirituel? La pratique du focusing nous convie à célébrer la vie, à lui accorder la place nécessaire à son expression pleine et entière. Pour être modeste, il faudrait dire un peu plus pleine et entière à chaque fois. Pourtant le miracle est à notre portée car il peut s'accomplir d'instant en instant.

 

Ainsi, dans le focusing, le ciel et la terre se retrouvent: c'est dans ce qu'il y a de plus corporel, notre intimité profonde, notre expérience charnelle que se dessine la force et la puissance du vivant. Puissance invisible et pourtant si présente lorsqu'on se met à son écoute. Le spirituel n'est pas un monde à part, au-delà lointain, transcendant nos bassesses. Certes il s'agit d'aller au-delà des apparences, au-delà de notre regard conditionné qui nous enferme dans le connu. Il s'agit de laisser sourdre une voix à peine audible qui s'élève depuis ce qu'il y a de plus intime, le coeur de notre chair. On dirait parfois que nos cellules sont directement branchées sur la source vive. Elles pétillent, frissonnent, osent se réjouir et rendre grâce comme si elles retrouvaient leur vraie nature qui est peut-être bien divine. Foi en l'humain et foi en "Dieu", une seule et même aventure?

 

Article de Bernadette Lamboy - www.ifef.org

 

 

Voilà un partage qui me tient à coeur - 

je pars au 15ème séminaire de focusing en Ardèche du Sud, ouvert à tous chaque année à la même période, aux Jardins Intérieurs (à découvrir sur www.accueil-groupe.com) à St-Privat.

Je n'ai pas réussi à vous convaincre jusqu'à présent, mais bon, je ne me décourage pas...

Pleins de belles et bonnes choses à vous, durant cet été à peine commencé...

A tout bientôt,

Pascale

Repost 0
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 08:49

Se centrer et se retrouver

« Le focusing est une nouvelle façon de comprendre

notre expérience intérieure et notre nature profonde,

un nouveau modèle fondamental de vie »   E. Gendlin                                                   

 

FOCUSING

14ème

séminaire d’été

5 jours en résidentiel

du 03 au 07 juillet 2010

 

avec

Bernadette et Gérard LAMBOY

 Gaston Boulanger du Québec

et autres praticiens

 

Jardins Intérieurs – Ardèche - France    

 Organisé par l’Institut de Focusing d’Europe Francophone

 

 

 


 www.ifef.org

 

 

Ce séminaire est ouvert à tous, pour découvrir ou approfondir le Focusing. Je vous invite tous à faire cette expérience étonnante, qui est une grande aide à vivre et à accueillir l'instant tel qu'il est. J'y serai. Pascale

 

 

 

Le focusing constitue un procédé à la fois précis, efficace et direct qui nous donne accès à la perception globale, éprouvée dans le corps - on parlera de « sens corporel » - d’un problème, d’une situation, d’un événement. Ce «  sens corporel » toujours singulier, d’abord vague et flou, va se préciser, puis s’expliciter à travers une série d’étapes expérientielles spécifiques définies par E. GENDLIN*, nous délivrant alors toute l’information qu’il contient à propos de la situation. Cette révélation qui émerge de notre for intérieur et s’impose, nous établit dans l’évidence du sens et le sentiment vivant d’être soi. Elle s’accompagne d’un mieux-être libérateur immédiat.

   

Nous allons rarement au cœur du problème entier. Notre quête s’arrête aux fruits de l’analyse et de nos déductions logiques, à nos sensations et émotions partielles. Elle demeure dans le champ du connu et nous laisse ainsi à la périphérie de nous-mêmes, avec le sentiment frustrant de l’incomplétude.

 

Procéder au focusing, ce n’est pas travailler sur soi. C’est d’abord cultiver les conditions favorables qui permettent d’établir une relation amicale avec soi-même, gage d’un changement bienfaisant. C’est aussi ouvrir la voie de notre intuition profonde : le focusing nous donne des repères corporels fiables et précis pour pouvoir l’écouter.

 

Mieux qu’une nouvelle méthode de connaissance de soi, le focusing constitue un merveilleux outil de réconciliation avec soi-même, avec les forces vitales et créatrices qui nous animent et nous font être.

 

*Collaborateur de C. ROGERS, auteur de :

Le Focusing : au centre de soi, Actualisation, Le Jour éditeur 2006

Focusing Oriented Psychotherapy, The Guilford Press 1996

A lire aussi : B. LAMBOY Devenir qui je suis, DDB, Paris 2003

B. Lamboy Trouver les bonnes solutions par le focusing, Le Souffle d’Or, Gap 2009

 

« Le focusing est le plus important développement issu de la tradition Centrée sur la Personne depuis les propres travaux de Rogers. »


 

Au programme :

 

Les ateliers se mettent en place selon les niveaux et les thèmes d’intérêt, depuis l’initiation à la pratique (étapes du processus de Focusing, « le sens corporel » et la dimension expérientielle, « le mouvement corporel » et le processus d’émergence, l’écoute et le repérage interne, etc.) jusqu’au perfectionnement.

D’autres ateliers permettent, à l’aide de différents supports comme la terre, le dessin, l’écriture, le mouvement, d’expérimenter diverses manières d’utiliser et d’appliquer le focusing dans différents secteurs de la vie.

Cette année, exceptionnellement Gaston Boulanger animera des ateliers sur le rêve (voir présentation ci-jointe).

Différents animateurs interviennent ainsi que les personnes formées ou en fin de formation pour animer ateliers et petits groupes. À la demande, les personnes peuvent être accompagnées en individuel.

 

Renseignements pratiques :

 

DATES       du samedi 03 juillet 15h au mercredi 07 juillet 2010

  (après le repas de midi)

 

LIEU         Les Jardins Intérieurs 3 kms d’Aubenas (voir plan au dos)

  Quartier le buis – 07200 St Privat

  Tél : +33 (0)5 46 02 07 07

+33 (0)6 61 55 84 67 -  http://www.accueil-groupe.com/

Habitat confortable sur un parc arboré et fleuri  d’un hectare, terrasse extérieure, piscine

 

COÛT       Formation : 360 € (si difficultés, nous consulter)

     Formation permanente : 500 €

     Cotisation IFEF : 20 € ou 40 € (pour membre qualifié)

Hébergement : se référer à la feuille ci-jointe.

L’hébergement est à régler directement avec les Jardins intérieurs, lieu du séjour.

 

RENSEIGNEMENTS : Tél. : +33(0)4 79 75 02 77

 

INTERVENANTS :   

Bernadette et Gérard LAMBOY : Docteurs en Psychologie - Psychothérapeutes et

Formateurs (Approche Centrée sur la Personne et  expérientielle  selon C. Rogers et

E. Gendlin). Coordinateurs en France pour l’Institut de Focusing (New York)

Gaston Boulanger (Montréal, Québec) certifié en Focusing

Différents praticiens en focusing animeront des ateliers

                                                                                                   

 

---------   inscription ------------

 

 

       A retourner à

     IFEF

    1880 Les Monts

        73000 BASSENS – France

 

www.ifef.org

 

  

 

Repost 0
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 20:01

coucher_soleil

 

"L'un des sentiments les plus satisfaisants que je connaisse et aussi l'une des expériences les plus favorables à la croissance de l'autre, vient lorsque j'apprécie cette personne comme j'apprécie un coucher de soleil.


Les gens sont juste aussi merveilleux que des couchers de soleil, si je peux les laisser être.

 

En fait, peut-être que la raison pour laquelle nous pouvons vraiment apprécier un coucher de soleil, est que nous ne pouvons pas le contrôler.

Quand je regarde un coucher de soleil comme je l'ai fait l'autre soir, je ne me trouve pas moi même en train de dire : "Adoucis lui un peu le orange au coin, mets un peu plus de rouge à la base, utilise un peu plus de rose dans la couleur des nuages.

Je ne le fais pas. Je n'essaie pas de contrôler un coucher de soleil. Je le regarde avec respect.

Je m'aime mieux quand je peux apprécier mon collègue, mon fils, ma fille, mes petits enfants, de cette manière."

Carl Rogers, "A way of being", 1980.

 

Trouvé sur le site: http://psy-paris.eu

Repost 0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 21:22

Face aux situations de la vie, bien souvent problématiques, la démarche du focusing nous propose une voie différente de celle que nous avons l'habitude de suivre: au lieu de nous "prendre la tête" et de chercher des solutions en passant par une analyse uniquement mentale, le focusing nous invite à procéder différemment. Devant une situation problématique, il s'agit de mettre en oeuvre notre intelligence sensible en complément de notre intelligence rationnelle. Pour ce faire, il s'agit de prendre en compte la sensation corporelle particulière (appelée "sens corporel"*) éveillée par cette situation: elle va nous servir de repère et de guide pour aborder et comprendre autrement la situation de départ.

 

Voici quelques précisions qui vous permettront de découvrir cette démarche originale, simple et directe, très naturelle à la fois.

 

Se référer au corps pour mieux savoir comment s'y prendre n'est pas une procédure habituelle. Pourtant, n'est-ce pas notre corps qui nous fait savoir si nous sommes à l'aise ou dans l'inconfort, si nous sommes bien dans une situation ou au contraire en souffrance? Ne dit-on pas "j'ai un noeud à l'estomac", "une boule dans la gorge" ou "des ailes aux pieds"? Notre corps nous renseigne sur notre état intérieur en lien avec les diverses circonstances. Si je suis invité ce soir, cela me rend léger et guilleret ou au contraire j'y vais à reculons en traînant les pieds. Nous pouvons à tout instant consulter notre corps pour savoir de quoi il en retourne pour nous.

 

Suzanne vient de me proposer de venir manger chez elle ce soir, j'ai spontanément répondu "oui" comme j'ai trop souvent l'habitude de le faire... Pourtant, je me sens un peu lourde après avoir raccroché. Avant son coup de téléphone, je me sentais bien et détendue à lire tranquillement sans les enfants, sans Jean qui me sollicite pour le week-end à venir ou d'autres choses à faire. Je prends le temps de me centre sur cette lourdeur, qui prend de l'ampleur... une image de dossiers empilés sur mon  ventre apparaît... J'ai l'impression que répondre à cette invitation serait presque une "corvée", une chose de plus "à faire". Je prends donc la décision de rappeler Suzanne pour lui dire que finalement j'ai plutôt envie de rester tranquille ce soir, mais que je retiens son invitation pour une prochaine fois!

 

Pratiquer le focusing c'est une façon de contourner nos circuits habituels de penser (circuits mentaux et émotionnels) pour consulter une dimension de soi qui connaît ce qui est bon et juste pour soi. C'est un peu comme si on allait directement à la source d'informations. Cette source d'informations est ressentie corporellement, ce qui est une aubaine (!) car nous pouvons la percevoir dans le corps, l'appréhender, la décrire, l'écouter afin d'entendre son message.

 

Pratiquer le focusing nécessite de cultiver une attitude favorable à une relation amicale avec soi, une attitude d'accueil, de bienveillance et de non-jugement. De la même manière qu'on va écouter un ami, nous allons prendre soin de ce que notre corps manifeste pour mieux entendre son message.

 

* Le sens corporel (en anglais: "felt sense") est la sensation globale et vague qui se rapporte à l'ensemble de la situation. (Gendlin) Il s'agit d'une impression, le plus souvent vague au départ, qui accompagne les situations que nous vivons. En y portant attention, cette impression se définit et se précise, si nous l'écoutons elle nous donne des informations utiles sur ce que nous vivons.

 

Extrait de Focus, la lettre d'information de l'Institut de Focusing d'Europe Francophone du 13 septembre 2009.

Repost 0
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 15:16

Un travail d'intégration spirituel, psychologique et corporel
avec John Welwood
26, 27 et 28 juin 2009
à l'Institut Karma Ling 73110 ARVILLARD



Beaucoup de personnes dans notre culture souffrent d'un certain niveau de décorporation dans lequel l'esprit est déconnecté du corps, de la terre, du coeur, du ventre, et du champ de la conscience ouverte et étendue. Cette retraite intensive sera l'occasion de traiter ce problème en vous aidant à vous habiter vous-même, votre conscience et le courant de votre expérience, de façon pleinement incarnée.

Le corps vivant est comme une plante qui tend vers le soleil: il cherche naturellement à aller dans le sens d'une plus grande liberté, ouverture et expansion. Or le corps demeurant toujours dans l'ici et maintenant, il est notre meilleure porte d'accès à l'état de présence.

Durant cette retraite, vous apprendrez à entrer dans cette intelligence du corps, à travers les sensations, la sensibilité, les sentiments et la conscience. En s'enracinant dans le ventre et le coeur, vous allez apprendre à vous ouvrir aux sensations et émotions, à traquer les flux de l'expérience et de ses textures, et à dénouer les schémas conditionnant qui bloquent l'accès au corps en tant que champ de présence.

Cette retraite est en grande partie consacrée au travail expérimental: exercices d'incorporation, investigations psycho-spirituelle et pratiques de méditation qui cultivent la présence et l'intelligence incorporée. Il y aura aussi des périodes d'entretiens et discussions.


* * * * * * *

John Welwood, est psychologue clinicien et psychothérapeute, rédacteur en chef de The journal of Transpersonal Psychology (Journal de la psychologie transpersonnelle) et enseignant dont le travail intègre à la fois les enseignements bouddhistes et la pratique psychologique occidentale (dont le Focusing.) Ses livres: "Vers une psychologie de l'éveil": Bouddhisme, psychothérapie et la voie de la transformation personnelle et spirituelle, "Parfait amour, imparfait bonheur", etc...

Informations pratiques:
Institut Karma Ling: tel 04 79 25 78 00
ou
http://www.rimay.net



J'y serai! Pascale

Repost 0