Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • SOURIRE
  • Princesse me croyant souvent grenouille, j'ai besoin de toucher au sens de cette vie, de m'ouvrir à ma véritable nature. J'essaie d'etre presente a  tout ce qui se presente a moi, avec curiosité, amour et joie...
  • Princesse me croyant souvent grenouille, j'ai besoin de toucher au sens de cette vie, de m'ouvrir à ma véritable nature. J'essaie d'etre presente a  tout ce qui se presente a moi, avec curiosité, amour et joie...

Texte Libre

Rechercher

Archives

24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 21:08
La confiance au cœur de la voie
 
La question de la confiance est cruciale. En effet, dans notre vie ou sur un chemin d'éveil sans confiance que pouvons-nous réaliser ? Comment soulever l'énergie nécessaire pour nous mettre en route et entrer dans l'expérience de notre transformation intérieure ?
 
Cheminer sur une voie est déjà le résultat d'une forme de confiance : nous sommes ouverts et acceptons de faire l'expérience de tester par nous-même, même si cela ne résout et n'exclut pas tous les doutes.
 
Il nous faut également faire confiance à ceux qui ont fait le chemin avant nous, et qui témoignent du vivant et l'expérience d'Eveil. La confiance ouvre un espace de résonance où nous nous sentons inspirés par l'exemple des maîtres du passé, et où nous aspirons à notre tour à faire confiance en nos capacités. C'est l'acte de coeur qui abolit le sentiment de séparation, l'appréhension dualiste de moi et autrui ; comme l'enfant qui accepte de quitter les bras de sa mère pour s'émerveiller et être confiant en ses ressources.
 
D’abord timide et tâtonnante, la confiance évolue, s’approfondit et s’enracine dans l’expérience directe : l’assise dissout les fixations, la vision profonde nous éclaire sur la véritable nature de toutes choses.
 
Il ne s’agit pas de croire parce que nous ne pouvons faire autrement, pour masquer notre sentiment d’insécurité et nous rassurer faussement ou pour pallier un manque de réponses et de questionnement.
 
La confiance n’est ni foi aveugle ni croyance en des dogmes. Loin d’être une attitude passive et naïve, elle est au contraire un engagement actif qui nécessite courage et énergie. Elle est le fruit d’une pratique et d’une mise en route concrète : nous pouvons faire confiance en notre capacité à marcher en direction de la compréhension profonde ; comme planter une graine est faire confiance en la terre. Nous pouvons, nous abandonner à notre nature de bouddha et aux qualités qui vivent en nous et qui en sont l’expression. Cette nature nous rappelle que nous pouvons faire de notre vie une expérience fondamentalement saine. Au fond de notre expérience sont des qualités d’ouverture, de lucidité et de bonté. La confiance est ce qui nous permet de dépasser les peurs, celles qui nous retiennent et nous empêchent de plonger dans l’ouvert de l’instant.
 
Au fur et à mesure que nous progressons sur la voie, une confiance authentique, stable et inébranlable se révèle. Elle est le fruit d’une réelle compréhension et d’un enracinement dans l’assise, un oui fondamental à ce qui est, au-delà de la tyrannie de l’ego.
 
Lama Wangmo
 
Partager cet article
Repost0
24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 20:38
 
 
Le bonheur ne se trouve pas avec effort et volonté, 
mais réside là, tout proche,
dans la détente et l'abandon.
Ne sois pas inquiet, il n'y a rien à faire.
Tout ce qui s'élève dans l'esprit n'a aucune importance, 
parce que dépourvu de toute réalité.
Ne t'attache pas aux pensées, ne les juge pas,
mais laisse le jeu de l'esprit se faire tout seul,
s'élever et retomber, sans intervenir.
Tout s'évanouit et recommence à nouveau, sans cesse.
Cette quête même du bonheur est ce qui t'empêche de le 
trouver,
comme un arc-en-ciel qu'on poursuit sans jamais le rattraper, parce qu'il n'existe pas, parce qu'il a toujours été là 
et parce qu'il t'accompagne à chaque instant.
Ne crois pas à la réalité des choses bonnes ou mauvaises, 
elles sont semblables aux arcs-en-ciel.
A vouloir saisir l'insaisissable, on s'épuise en vain.
Dès lors qu'on relâche cette saisie, l'espace est là, ouvert, 
hospitalier et confortable.
Alors jouis-en, ne cherche plus,
Tout est déjà tien.
A quoi bon aller traquer dans la jungle inextricable, 
l'éléphant qui demeure tranquillement chez lui?
 
Cesse de faire,
Cesse de forcer,
Cesse de vouloir,
Et tout se trouvera accompli,
Naturellement.
 
 
                     Lama Guendune Rinpoché
Partager cet article
Repost0
24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 20:36
Cette nourriture est un don de l'univers tout entier, de la
Terre, du Ciel et de beaucoup de travail fait avec amour.
Mangeons-la en pleine conscience afin d'en être digne.
Observons les états mentaux négatifs afin de les trans-
former, en particulier celui de manger sans modération.
Ne prenons que les aliments qui nous nourrissent et nous
maintiennent en bonne santé, à la fois physique et mentale.
Nous acceptons cette nourriture avec gratitude et joie afin
de poursuivre notre chemin de compréhension et d'amour.
 
Thich Nhat Hanh
Partager cet article
Repost0
24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 20:25
Me réveillant ce matin je souris.
J’ai vingt-quatre heures toutes nouvelles.
Je forme le vœu de les vivre pleinement,
En posant sur le monde les yeux de l’amour.
 
Marcher sur cette terre est un miracle !
Chaque pas fait en pleine
conscience me révèle
Les merveilles du Dharmakaya.
 
En allumant la lumière
La pleine conscience est lumière,
L’oubli est ténèbres.
La pleine conscience me rend vivant,
La pleine conscience éclaire le monde.
 
En me brossant les dents
Je fais le vœu d’embellir mes paroles
A chaque parole juste,
Une fleur éclot dans le jardin de mon cœur.
 
Le miroir de la pleine conscience
Reflète les quatre éléments.
La beauté vient du cœur d’où jaillit l’amour
La beauté vient de l’esprit.
  
L’eau coule sur mes mains
Que j’en fasse un bon usage !
Pour préserver notre précieuse planète.
 
Ni produit ni détruit
Ni avant ni après
Je reçois et transmets
le miracle du Dharma
 
L’eau descend de la source,
En haut dans la montagne.
L’eau monte de la source,
Des profondeurs de la terre.
L’eau coule miraculeusement,
Je lui suis à jamais reconnaissant.
 
Ni impur ni pur
Ni croissant ni décroissant.
Ces concepts n’existent
que dans notre esprit.
La réalité de l’inter être est inégalée.
 
Je réalise tout le bonheur d’une
compréhension éveillée.
Après une si longue errance
dans les trois mondes,
Je vois aujourd’hui ce monde de poussière
Comme le Dharmakaya lui-même.
 
THICH NAHT HAHN
Partager cet article
Repost0