Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • SOURIRE
  • Princesse me croyant souvent grenouille, j'ai besoin de toucher au sens de cette vie, de m'ouvrir à ma véritable nature. J'essaie d'etre presente a  tout ce qui se presente a moi, avec curiosité, amour et joie...
  • Princesse me croyant souvent grenouille, j'ai besoin de toucher au sens de cette vie, de m'ouvrir à ma véritable nature. J'essaie d'etre presente a  tout ce qui se presente a moi, avec curiosité, amour et joie...

Texte Libre

Rechercher

Archives

3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 18:37

 

 

DSC03467 (2)

 

Ce matin, j'accompagnais ma mère au supermarché, je l'attendais devant les livres, beaucoup de romans, de policiers, de livres d'enfants, que je feuilletais, je suis tellement curieuse. J'allais partir quand un tout petit livre m'a appelée, c'est tout à fait cela. Et, surprise! c'était Maître Eckart lui-même! Que faisait-il là, au milieu de livres ordinaires? (comme si Dieu n'était pas au coeur du monde profane!!!) ça m'a beaucoup émue, m'a mis les larmes aux yeux, puis une joie m'a envahie, une vraie jubilation, comme cela m'arrive parfois... C'est un peu comme si Dieu lui même m'avait fait signe, m'avait dit à l'oreille qu'il était là tout près de moi et qu'il m'aimait... 

Un petit livre sur le détachement. 

Je pars lundi pour Hauteville, après un week-end d'accompagnement de personnes gravement souffrantes. Difficile d'être plongée dans la souffrance d'autrui au quotidien, de se sentir impuissante, d'être ouverte et disponible, dans l'écoute et l'accueil de l'autre... besoin de m'éloigner, de m'occuper de moi, de me soigner...

A tout bientôt...

Grande tendresse à toutes celles et ceux qui parcourent ce blog, ami(e)s ou inconnu(e)s.

Pascale

Partager cet article
Repost0
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 12:22

E.,

ma fille,

ma douleur,

« non » est ton nom,

depuis toujours, non à maman,

le respect du vivant tu m'as appris,

que l'autre est un autre, tu m'as révélé,

au tréfonds de moi j'ai cherché un chemin vers toi,

toujours sinueux, dense, pleins d'embûches mais si riche,

j'ai cru y être parvenue et nos échanges me paraissaient vrais,

remplis d'amour, de respect, d'admiration mutuelle, de tendresse,

heureuse de te voir, heureuse de t'entendre, heureuse d'échanger,

malgré les mots coupants, blessures vite enfouies sous un sourire,

et puis l'aveu du lien disparu ou jamais apparu tombe comme une pierre

dans la mare d'un cœur de mère, sentiment de trahison, d'abandon,

pire que le non, le « pas de lien », le rien,

n'être rien pour son enfant, quoi de pire ?

Comment se remettre d'un tel affront ?

E., ma fille, ma douleur,

au moins j'ai cette douleur,

qui n'est pas rien, qui

fait lien, même s'il

n'y a rien...

 

P

14/02/2013

 

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 15:57

Joyeuse année 2013

colorée, vivante,

connectée à votre source intérieure,

remplie de présence,

d'authenticité, de solidarité

de tendresse et d'amour...


août 2012 044

Source miraculeuse dans le prieuré d'Alleyrac (Drôme provençale)


Partager cet article
Repost0
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 17:19

 

Aimez, aimez, faites le premier pas.

Tout relève de l'amour.

Arnaud Desjardins


Essayons de percevoir le meilleur de chacun,

de voire l'autre sous le meilleur éclairage possible.

Cette attitude crée immédiatement un sentiment d'affinité,

une sorte de prédisposition à établir un lien.

Le XIV dalaï-lama

 

Pascale 50 ans

 

Ce chemin suivi depuis tant d'année auprès des plus grands Maîtres, par l'intermédiaire des livres, auprès d'Arnaud Desjardins et à Hauteville auprès de ses collaborateurs, dans cette vie où tout est vécu comme une expérience à goûter,  avec la méditation, le focusing et les repères internes corporels sur lesquels pouvoir s'appuyer, auprès de toutes sortes de personnes, proches ou moins proches, dans une ouverture de plus en plus grande à l'autre et à soi, pas après pas, m'a conduit là où je me trouve aujourd'hui. 


Je suis étonnée de voir combien l'amour est de plus en plus présent dans ma vie. Combien je ressens, pour chaque personne rencontrée, tant dans ma fonction d'aide-soignante avec les personnes accompagnées dans la fin de leur vie que pour mes collègues, ou dans d'autres contextes, autant d'amour que pour mes proches.  Combien je ressens chaque personne comme faisant partie de ma famille et jen suis surprise moi-même bien souvent.  


(En lisant cette phrase ci-dessus du dalaï-lama, j'ai compris pourquoi un lien se crée immédiatement avec toute personne rencontrée, parce que je vois toujours le positif chez chacun. Et j'ai ce don de savoir créer tout de suite un lien authentique. )


Dans mon métier, je touche à la vulnérabilité la plus totale de l'être humain et les personnes me disent parfois qu'elles se sentent particulièrement bien quand je suis là, pourtant je n'ai pas l'impression de faire quelque chose d'extraordinaire. Je les accueille simplement là où elles sont, quelle que soit leur attitude je ne suis jamais dans le jugement.  Elles se sentent comprises. Souvent je ne dis rien, j'écoute, je regarde, je suis simplement présente totalement là pour elles et l'amour passe par le regard. Elles sentent que je suis avec elles. 


J'ai la sensation de comprendre de mieux en mieux les êtres et leurs souffrances et la compassion me déborde. Et aucun être humain n'échappe à cette compassion. Je crois qu'elle va de pair avec le non-jugement. 

 

Le nom de ce blog "présence d'amour", "sourire d'amour" prend tout son sens dans ma vie. C'est ce que je voulais être, c'est ce que je suis. 

 

J'avais envie de partager ça avec vous. Je n'ose pas, bien souvent, dire le beau qui m'habite, je ne sais pas pourquoi...


Je crois que chacun peut être une lumière, là où il se trouve. 


Le chemin, le secret, c'est d'apprendre à s'aimer et l'amour s'installe à l'intérieur et rejaillit à l'extérieur. 

 

Merci d'être vous. Vous êtes sur le bon chemin...


Tendresse de Pascale Présence-Sourire d'Amour

 

Lac-des-ch-nes-ch-ne-163.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 18:41

 

Bonjour,

J'ai envie de partager quelque chose avec vous.

Il y a quelques jours, en rangeant, je suis tombée sur un ancien carnet où je notais un peu tout, courses, rendez-vous, pensées personnelles ou autres, les choses à faire, à ne pas oublier, etc... et je lis:

 

Dans l'avenir, j'aimerai:

- soigner des personnes âgées, des personnes malades, des enfants,

- avoir un grand jardin potager bio

- avoir du temps pour contempler, méditer, marcher dans la nature

 

J'avais écrit cela en l'an 2000. J'étais secrétaire-comptable à Genève et je m'ennuyais à mon travail.

Douze ans après, je ne sais pas vraiment comment, je me retrouve:

- aide-soignante en soins palliatifs, en ayant aussi soigné des personnes âgées entre-temps,

- j'ai un grand jardin potager bio et je me régale des bons légumes qui y poussent, ainsi qu'un grand verger (encore un peu jeune mais ça vient)...

- je manque encore d'un peu de temps pour contempler, méditer et marcher dans la nature, mais j'arrive quand même à m'octroyer un  petit temps chaque jour, au moins de méditation...

 

Avec quelques détours, la Vie m'a mise dans les conditions que je portais en moi, alors même qu'en 2000 je ne savais pas du tout comment m'y prendre pour y arriver...

 

Extraordinaire non?!

 

Cela me donne une confiance inouïe... 

 

De plus en plus, je sens que je me laisse porter... comme dit Eckart Tolle, ne pas résister à la vie mais se laisser vivre ce qui demande à se vivre en soi ... Le Focusing m'a bien aidée, même si le processus était déjà en marche quand j'ai commencé, en 2007. Et la méditation également...

 

Alors confiance, mes amis, 

Soyez connectés à vous-mêmes le plus possible (c'est le secret) et laissez-vous guider par vos ressentis, écrivez, dessinez, chantez vos rêves et un jour, vous vous retournez et ils sont devenus réalité...

 

A toutes et tous: beau et bon chemin vers vous-même, en accord avec la Vie...


Pascale

 

divers 031

Partager cet article
Repost0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 19:18

perso-021.jpg

 

Mimi, très malade depuis plusieurs semaines, a dû être aidé pour quitter son corps, cet après-midi, il avait 13 ans. 

13 ans d'amour, une confiance sans faille en les êtres humains, une intelligence hors pair, joyeux et espiègle, il nous calinait tant et plus... il nous manque déjà beaucoup...

Je le vois comme un petit ange noir et blanc qui volette autour de nous, faisant des cabrioles en roucoulant comme il savait si bien le faire... 

A Dieu Mimi...  J'espère avoir été à la hauteur de la confiance que tu m'as donnée... Merci pour tout... Bon voyage... 

Pascale

 

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 18:16

Pour cette nouvelle année qui commence,

je nous souhaite une année pleine d'émerveillement

pour cette Vie qui nous habite,

de vivre au présent, dans l'instant

et de prendre conscience de tout

ce qui nous empêche de toucher

à cette  Paix toujours présente en nous...


 

P1060209

 

Très douce année à vous tous qui parcourez ce blog...

Pascale

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 15:54


Sentir les besoins  de ceux qui ne demande pas, qui ne veulent pas déranger, qui ne peuvent pas dire…  modérer les demandes exagérées de ceux qui se croient seuls à être malade et au centre du monde…  savoir être touchée sans s’effondrer, entourer, soigner, faire les bons gestes, avoir une hygiène irréprochable, ne pas mettre en danger,  ne pas faire «  trop » ou « à la place de » pour ne pas compromettre l’autonomie de la personne, répondre aux interrogations sans en dire trop, savoir écouter et accueillir la parole,  toutes les paroles, tous les sentiments avec sérénité,  rassurer sans mentir,  voir ses propres projections et les mettre de côté pour être complètement disponible à la personne qu’on a en face de soi avec sa propre personnalité, son histoire, son vécu, sa sensibilité, ne rien rajouter à la réalité,  ne pas avoir d’apriori,  respecter la dignité de la personne, sa pudeur, ses choix, ne pas prendre pour soi l’agressivité, la colère, l’exigence de certains, comprendre, rester ouverte en toutes circonstances,  sourire, avoir de l’humour et l’utiliser à bon escient, rire aussi parfois, souvent… être proche sans envahir…  s’adapter en permanence aux nouvelles personnes, tant les patients que le personnel, les familles, ne pas craindre les horaires toujours changeants, les heures supplémentaires, les week-ends de 24h de travail(2x12h)  et parfois plus… continuer à se former,  à apprendre… et tout cela  sans s’oublier, en faisant attention à soi (ce qui m’est le plus difficile… )


Et accompagner la personne  jusqu’à la dernière porte, recueillir son dernier souffle, accueillir la douleur de la famille, être là, disponible, pour accueillir la plus grande vulnérabilité, comme hier, un dimanche pas comme les autres… elle était jeune, elle était mère d’enfants encore jeunes,  elle ne voulait pas mourir, elle voulait voir grandir ses enfants, elle pleurait, puis elle se révoltait, elle luttait, elle souriait parfois quand elle avait moins mal, elle remerciait… jusqu’au bout elle a lutté…  puis elle est partie, devant nous, dans les bras de sa sœur, et puis son visage enfin s’est apaisé…  c’était la première fois, pour moi… bouleversant… je n’oublierai jamais.


Ce métier, si mal valorisé, si complexe et si riche, humainement parlant, intérieurement parlant, c’est le plus beau du monde, pour moi.


Pascale (5 décembre 2011)

 

divers 031

Partager cet article
Repost0
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 07:24
A Dieu Arnaud

Arnaud-rit.img118.jpg

 

Arnaud, vous avez quitté votre corps mercredi et nous ne vous verrons plus devant nous, mais votre présence est plus forte que jamais. Je vous sens là, tout proche, à mes côtés pour continuer ce chemin suivi auprès de vous depuis tant d'années.
Vous m'avez donné Vie, sens à ma vie, une lumière à suivre et ma gratitude est immense.
J'étais là lors de votre dernière réunion, et j'ai recueilli vos dernières paroles de Maître à ses apprentis-disciples: "Saisissez l'occasion qui vous est donnée pour pratiquer "voir ou penser"". Mais ce qui m'a frappée surtout, c'est lorsque vous avez annoncé que vous ressentiez un malaise depuis quelques instants, vos paroles provenaient d'un calme "assourdissant" que je n'oublierai jamais. Vous disiez que vous n'aviez plus peur de la mort, mais là, j'ai pu le voir et l'entendre. Inoubliable leçon de vie et formidable encouragement à continuer ce chemin, cette pratique, inlassablement.
MERCI, MERCI, pour vous être donné jusqu'au bout à cet enseignement, pour nous avoir enseigné inlassablement, avec un tel Amour, une telle patience, une telle abnégation, jusqu'au bout de vos forces.
J'espère simplement être digne de tout ce que vous m'avez donné. Et Hauteville continuera à être, pour moi, le lieu, la source de votre enseignement, le corps du gourou que vous avez été et restez, 
Bon chemin dans l'invisible...
Pascale
Partager cet article
Repost0
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 07:53

 

Quand Dieu créa l'infirmière et l'aide soignante, il fit des heures supplémentaires. C'était le sixième jour. Un ange lui dit: "Seigneur, vous travaillez déjà depuis longtemps à ce modèle!" Le Bon Dieu répondit: "As-tu vu la longue liste des attributs spéciaux inscrits sur la commande? L'oeuvre doit être en plastique. Elle doit avoir des nerfs d'acier et un dos résistant à toute épreuve, tout en étant docile, gracieuse afin de se sentir à l'aise dans les chambres de service bien trop petites. Elle doit pouvoir faire cinq choses en même temps tout en gardant toujours une main de libre." L'ange secoua la tête et Dieu dit: "Par contre, les trois paires d'yeux que doit avoir le modèle standard me posent de sérieux problèmes. Deux yeux pour voir la nuit à travers les murs pendant les veilles et pour pouvoir surveiller deux unités - deux yeux derrière la tête pour voir ce qu'on aimerait lui cacher, mais qu'elle doit absolument savoir - et, bien sûr, deux yeux là, devant, qui regardent le patient et qui lui disent: "Je vous comprends, je suis là, ne vous inquiétez pas." L'ange le tira gentiment par la manche et lui dit: "Allez dormir, Seigneur, vous continuerez demain matin". "Je ne peux pas", répondit le Bon Dieu: "J'ai déjà fait qu'elle ne tombe presque jamais malade et qu'elle sache se soigner elle-même. Elle accepte que dix chambres doubles accueillent 40 patients, mais que dix postes de travail ne soient souvent pourvus que par cinq. Elle aime sa profession qui exige beaucoup d'elle et qui lui apporte peu d'argent. Elle sait vivre avec des horaires irréguliers et accepte d'avoir peu de week-ends de libre." L'ange tourna lentement autour du modèle. "Le matériel est trop mou", soupira-t-il. "Mais il est tenace", répliqua le Bon Dieu. "Tu ne t'imagines pas tout ce qu'il supporte." dit le Bon Dieu. L'ange se pencha plus près du modèle et passa le doigt sur sa joue. "Là, je vois une fuite", dit-il. "Je vous ai déjà dit que vous essayez de mettre trop de choses dans votre modèle". "Cette fuite est prévue pour une larme!" "Pourquoi?" "Elle coule dans les moments de joie, de tristesse, de déception, de douleur et de délaissement", expliqua le Bon Dieu. "C'est la larme qui sert de soupape, de trop plein".

 

Belles-de-jour-Hauteville-018.jpg

 

Ca y est, je suis aide-soignante! Et praticienne de la Relation d'Aide - Approche centrée sur la personne et Focusing... Je vais pouvoir exercer ces deux métiers que j'adore, avec les compétences requises...  ce qui n'empêche pas , loin de là, l'apprentissage sur le terrain. Devenir un être humain se travaille chaque jour, à chaque instant et c'est passionnant... Je vais retrouver un peu de temps pour le blog et les blogs amis ou plutôt les amis des blogs amis...

Aujourd'hui, c'est le premier jour de l'été et la nature explose de joie au bois dormant. A tout bientôt. Plein de tendresse à tous... Pascale

Partager cet article
Repost0