Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • SOURIRE
  • Princesse me croyant souvent grenouille, j'ai besoin de toucher au sens de cette vie, de m'ouvrir à ma véritable nature. J'essaie d'etre presente a  tout ce qui se presente a moi, avec curiosité, amour et joie...
  • Princesse me croyant souvent grenouille, j'ai besoin de toucher au sens de cette vie, de m'ouvrir à ma véritable nature. J'essaie d'etre presente a  tout ce qui se presente a moi, avec curiosité, amour et joie...

Texte Libre

Rechercher

Archives

18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 21:42
Bonjour à tous,
Mon séjour à Hauteville a été une bénédiction.
J'ai vu la bonté à l'oeuvre, qui émanait d'Arnaud,
comme jamais je ne l'avais vue.
A en être bouleversée, à plusieurs reprises...
J'ai vu la bonté et la patience infinies d'un Maître qui, inlassablement, répond à nos questions, depuis tant d'années... les mêmes questions concernant nos mêmes problèmes...
J'ai vu aussi là-derrière, la bonté de la Vie qui, avec une infinie patience, nous donne, encore et encore, les expériences qu'il nous faut, que nous refusons encore et encore...
Quel amour, quelle bonté, quelle patience, quelle générosité,
quelle confiance...
Cela me donne envie de répondre OUI, enfin...
Pascale

Partager cet article
Repost0
27 juin 2008 5 27 /06 /juin /2008 17:27

Arnaud mon Maître,

Arnaud, mon père d’âme…


Mon cœur déborde de gratitude pour ce chemin parcouru ensemble, pour le soutien, la lumière que vous êtes dans ma vie depuis plus de 22 ans maintenant…

 

Jeune femme perdue, après la mort de mon père à 18 ans, le marasme de mon mariage à 28, je me sentais alors tellement victime d’une vie injuste… j’avais rejeté la religion catholique à mon adolescence et ne savais pas à quel « saint » me vouer quand ma tante m’a donné le livre de Véronique : Anthologie de la Non-Dualité. Ce livre a été la première lumière, le premier pas, j’avais trouvé ce que je cherchais sans le savoir, ce vers quoi me tourner…

 

Puis vos livres m’ont accompagnée, soutenue, portée. Le deuxième pas fût quand, alors que je l’avais lue plusieurs fois et que j’y adhérais pleinement, la phrase : « SOYEZ DISCIPLE DES EVENEMENTS ET NON PAS VICTIME, m’a percutée et s’est inscrite au plus profond de moi. Quelque chose s’est passé à ce moment-là qui n’a plus jamais été vécu de la même façon. Tout prenait sens, chaque événement devenait une pratique, me portait à grandir et cela ne m’a plus jamais quitté…

 

Et puis, j’ai eu envie de venir vous voir et j’ai envoyé ma lettre. Hauteville venait de naître. J’ai vécu là-bas, avec Véronique, un nouveau pas essentiel, lors d’un petit groupe. J’avais beaucoup de mal dans ma relation avec ma mère à qui je reprochais de ne pas m’avoir écoutée. Je ne sais plus les propos exacts de Véronique mais je les ai reçus de plein fouet, leur sens était : « Et vous ? vous écoutez-vous ? Je ne sais pas pourquoi mais un séisme a eu lieu. J’ai ressenti le désir d’aller dans la forêt et là, j’ai pleuré comme jamais je n’avais pleuré, des sanglots qui venaient du plus profond de la petite fille que j’étais, que ma mère n’avait pas vue ni écoutée mais que je n’avais pas vue ni écoutée non plus et qui enfin, était vue, reconnue. Des pleurs de soulagement, en même temps extrêmement forts et extrêmement libérateurs… la relation à ma mère en a été transformée, (je n’ai plus jamais attendu, réclamé son écoute) et surtout la relation à moi-même… j’avais commencé à m’aimer.

 

Il y a eu aussi Gilles qui a été important pour moi, quand il m’a fait comprendre lors d’une grande salle, que je me fourvoyais complètement. Sous prétexte d’acceptation de l’événement, je ne me donnais pas le droit de vivre mon émotion et celle-ci était mise sous le tapis immédiatement. « J’accepte l’événement, je n’ai donc pas le droit d’en souffrir… en gros, c’était ça ! » L’idéal spirituel, le poison dans lequel j’ai baigné durant longtemps, le non respect de l’endroit où je me trouvais, le non-respect de moi-même, de la réalité. Ce fût aussi une étape très importante !

 

J’ai rencontré aussi Douglas Harding, qui m’a ouvert le regard. J’ai compris avec lui ce qu’était : « La fleur est regardée et non : je regarde la fleur »… très important aussi pour moi, ce pas avec lui. Il a, lui aussi, une belle place dans mon petit temple intérieur.

 

Le chemin s’est déroulé au fil du temps, avec toutes les péripéties de la vie relative. Je suis allée voir du côté du bouddhisme tibétain pour la méditation surtout qui m’attirait beaucoup, sans que vous quittiez mon cœur un seul instant et avec votre bénédiction. Et c’est encore grâce à vous que j’ai pu vivre, les yeux grands ouverts, cette expérience de vie à Karma Ling durant 16 mois, et en retirer tous les bienfaits.

 

Pas plus que la plupart, je n’ai de relation directe avec vous, personnelle… et pourtant, vous faites complètement partie de ma vie, de mon quotidien et vous logez dans mon cœur à la plus belle place, dans mon petit temple intérieur et je vous considère comme mon Maître, comme mon père d’Ame…

 

Je suis toujours heureuse de vous voir au moins une fois dans l’année, à l’AG, puisque je ne choisis pas mes séjours en fonction de votre présence ou non. Pour moi, vous êtes présent à chaque instant, visible ou invisible. Moi qui aime tant les personnes âgées, je suis touchée par votre visage qui s’adoucit d’année en année, par l’Amour qui se dégage de vous et aussi par la force qui vous habite.

 

Je suis heureuse de ce que Véronique a dit à l’AG : « Arnaud a un cœur en or, un cœur de Boddhisattva », je n’en ai jamais douté une seconde durant toutes ces années. Et je suis heureuse aussi que vous puissiez enfin recevoir la dévotion de tous ceux que vous avez tellement aidé à grandir, que vous avez ouverts, accompagnés, soutenus, émerveillés…

 

Aujourd’hui, j’ai l’impression que quelques fruits sont nés de cette pratique, ce sont les vôtres: j’arrive à accueillir de plus en plus pleinement ce qui se passe en moi. Le sens corporel est accueilli tel qu’il est, les pensées et tout le discours mental sont laissés de côté, je ne m’y accroche plus. Du coup, chaque événement, sentiment, émotion, sens corporel, sont accueillis et immédiatement acceptés et transformés en « paix ». Et j’ai constaté que je ne suis plus attachée au résultat de ce que j’entreprends, je ressens une liberté, une confiance, une curiosité et une joie de vivre plus grandes. Je n’ai aucune idée si cela va durer ou non mais la confiance est là que tout ce qui apparaît est bénéfique pour la Vie.  Je me sens au début du chemin, au tout début… après 22 ans, c’est étonnant !

 

MERCI Arnaud ! Un si petit mot pour dire la SI GRANDE GRATITUDE qui déborde de mon cœur pour vous. Je ne peux, pour vous remercier, que continuer à pratiquer avec sérieux et constance, c’est la moindre des choses…

 

Longue vie à vous, cher capitaine, et au paquebot « Swamidji ».

 

Pascale

Partager cet article
Repost0
7 juin 2008 6 07 /06 /juin /2008 17:40
Hommage à mon père
Il y a 32 ans, le 8 juin 1976, un lundi de Pentecôte, disparaissait mon père, à 43 ans. Transporté à l'hôpital pour une insuffisance respiratoire, il mourrait deux heures plus tard. La dernière image que j'ai de lui c'est de le voir monter debout dans le fourgon des pompiers et le geste d'un pompier qui lui mit un masque à oxygène sur le visage. J'avais 18 ans et ce jour-là le ciel m'est tombé sur la tête, dans tous les sens du terme. La mort a fait une entrée fracassante dans ma vie, la conscience de la mort s'est posée sur mon épaule et ne m'a jamais plus quittée. Ce jour a été le départ de mon chemin spirituel, pourquoi? qu'est-ce que la vie, son sens? qu'est-ce que la mort?


Mon père était ébéniste et sculpteur sur bois. A l'époque, il avait commencé à m'apprendre la sculpture. Je n'ai jamais retouché un outil à bois depuis. Il m'a transmis des valeurs. Il était calme, posé, droit, honnête, secret. Il adorait jardiner, lire, dessiner, la solitude. Il aimait Brigitte Bardo et Louis Armstrong...

On s'aimait, on n'a pas eu le temps de se dire au-revoir. Le choc a été rude, une catastrophe impossible à réaliser, seul le temps a pu apaiser la blessure, l'absence...

Maintenant, j'ai 50 ans, ça fait drôle d'être plus âgée que son propre père!

Il aurait 75 ans aujourd'hui s'il avait vécu et j'aurai tellement aimé parler avec lui, de la vie, de tout, de rien... mais la vie est ainsi... mystèrieuse... sans cette mort, je ne serais pas ce que je suis aujourd'hui, c'est certain, et c'est peut-être grâce à cette mort que j'ai suivi le chemin spirituel que je vis, qui me porte...
Pascale


Partager cet article
Repost0
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 20:24



Quel regard portez-vous sur l'accompagnement de la vieillesse?

Nous côtoyons par notre métier l'essentiel des valeurs de la vie. Les personnes âgées sont des sages, des philosophes, qui ont de nombreuses richesses à nous transmettre. Elles sont des livres dans lesquels nous pouvons puiser un savoir. La vie affective reste présente jusqu'au bout et les personnels soignants de la gériatrie en sont les témoins. Le contact avec ces personnes nous fait grandir et nous permet d'apprivoiser la mort. Je considère qu'exercer nos métiers est un privilège, et ce d'autant plus quand le travail se fait en équipe et que les échanges permettent de faire évoluer les pratiques.

Dr Françoise Picot (Chef du service de gériatrie du centre hospitalier d'Annecy)

                                                          * * *
Cet article m'a touchée parce qu'il parle de ce que je vis en ce moment dans mon stage d'aide-soignante en maison de retraite. C'est vraiment ainsi que je vois ce métier, que je vis cette expérience: un privilège. Mais ce n'est malheureusement pas le cas de tous les soignants. Combien sont centrés sur leurs difficultés personnelles, ce qui ne permet pas d'être disponible aux personnes et empêche de donner le meilleur de soi et de recevoir les cadeaux partout donnés, regards reconnaissants, merci, mains serrées, instants pleins d'humanité, de douceur, d'amour même... Ce n'est pas un jugement que je porte mais je vois combien c'est dommage et combien elles passent à côté de ce qui pourrait les nourrir et les aider à vivre le reste. Cela renforce ma gratitude pour Arnaud, pour Swamidji, qui m'ont donné le goût de ce chemin vers de plus en plus de paix et d'amour pour mes semblables, pour la vie, telle qu'elle est. Et dans ce monde de vulnérabilité, d'extrème nudité, je trouve l'essentiel des valeurs de la vie et je me sens grandir chaque jour. MERCI à TOUT. Pascale 


Partager cet article
Repost0
27 avril 2008 7 27 /04 /avril /2008 22:27

Pourquoi cette joie dans mon cœur ce soir ?

D’où vient, depuis quelque temps, ce sentiment de ne plus être impliquée dans ma vie ? Ce sentiment de vivre les choses comme si j’étais en dehors de ces choses ? Comme si tout ce que je vivais n'était qu'expériences. Difficile à expliquer. Je vis comme si je n’y étais pas… très présente il me semble et pourtant absente! et c’est très léger, très joyeux…

 

Avez-vous déjà fait cette expérience ?

Pascale

Partager cet article
Repost0
6 avril 2008 7 06 /04 /avril /2008 21:57



Ayons une pensée pour nos frères tibétains opprimés par le gouvernement chinois et qui luttent pour leur liberté, pour nos frères chinois emprisonnés pour avoir une pensée différente de leur gouvernement et qui luttent pour les droits de l'homme dans leur pays. Ayons une pensée également pour tous les opprimés du monde.

Que pouvons-nous faire de plus.

Porter la couleur orange pour signifier notre attachement aux droits de l'homme.
http://www.TheColorOrange.net


Signer la pétition de soutien au peuple tibétain
www.tibet-info.net/www/Signez-l-appel-a-la-solidarite.html

Et quoi encore?

* Ne pas acheter, autant que faire se peut ' made in China'

* Décider de snober le passage de la Flamme Olympique a Paris les 6 et 7 avril et venir se rassembler autour de la Flamme tibétaine de la Liberté...

* Décider de boycotter toutes les émissions télévisées et radio-diffusées de retransmission des JO en août 2008.

* Activer la Campagne 'Drapeau 'pour les Mairies : nos amis allemands nous ont largement devancés en 2008...!!!

Le dossier complet est à télécharger ici : www.tibet.fr/static/campagnes.html

 * Demander aux Mairies qui hissent le drapeau en commémoration du 10 mars chaque année de le hisser en berne jusqu'à la fin des hostilités conduites par la RPC au Tibet.

* Allumer une bougie sur ma fenêtre et expliquer aux voisins et passants .

Le 24 mars 2008, la Flamme olympique sera allumée en Grèce : Chacun est invité à illuminer à partir de 20 heures, par des lampions ou des bougies, ses fenêtres. Partout dans le monde. Et puis tous les jeudi jusqu’au 8 août, la date d’ouverture des Jeux Olympiques.

 LETTRE à adresser à Monsieur le Président de la République:
  www.tibet.fr/site/evenements.php?itemid=1952
(sans affranchissement pour l'Elysée)

 * Apposer sur ma vitre de fenêtre ou sur mon ordinateur de bureau, ou encore sur le pare-brise arrière de ma voiture, un petit texte ou un autocollant.

* Porter mon Tshirt militant le plus souvent possible... 'souriez: on vous observe'

* Porter le bracelet 'Rangzen' tissé pour rappeler le geste de Ngawang Sandrol et des nonnes détenues.

* Placer le drapeau tibétain à ma fenêtre, balcon ou jardin.

* Coudre un petit drapeau du Tibet sur votre sac à dos de randonnée... votre cabas...

* Apposer sur vos courriers postaux un signe qui interpelle le facteur et le destinataire...un autocollant, une photo du Tibet( imprimer si besoin depuis les sites...)

* Songer déjà à s'engager au boycott des retransmissions des JO : Une pétition en ligne serait à l'étude...

* Mettre sur pied avec quelques amis une action simple: devant la mairie (avec l'autorisation du maire), dans une boutique de sympathisants( librairie, magasin bio, artisanat équitable ... déjà réalisé avec succès) un petit rassemblement, table de signatures, informations...

* Concocter votre propre message ou dessin ou caricature, selon vos dons et faites circuler dans votre réseau d'amis ou de travail ...


 (de tout coeur avec ceux qui luttent en faveur des droits de l'homme et en particulier Gérard dont le blog  est:http://instant-present.over-blog.com)
Pascale

 

Partager cet article
Repost0
13 mars 2008 4 13 /03 /mars /2008 16:53
Sur son fauteuil roulant
Seule dans sa chambre
Une vieille dame,
La tête penchée,
Telle une poupée cassée
Abandonnée dans un coin,
Perdue dans sa vie
Devenue trop grande,
Trop vide,
Trop silencieuse,
Laisse couler ses larmes
Silencieusement.
Elle ne dit rien,
Elle ne parle plus,
Seules ses larmes parlent...
Hier, elle a volé deux feuilles
A une plante de l’accueil,
Elle les tient précieusement,
Les regarde, sourit faiblement…
Je lui parle de ces feuilles,
de jardins, de fleurs…
Elle ne laisse rien transparaître.
Aujourd’hui, je l’aperçois
Dans la grande salle de l’accueil
Avec les autres personnes
Toutes aussi silencieuses,
Toutes aussi perdues…
Elle me regarde partir,
Je m’approche d’elle,
Je lui dis quelques mots gentils
Elle tourne un peu la tête vers moi
et soudain me sourit…
Cadeau !!!
Je l’embrasse,
Lui dis « à demain ».
 
Pascale
le 13 mars 2008, Maison de retraite Veyrier-du-Lac
 
 
Partager cet article
Repost0
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 12:02
divers-003-copie-2.jpg  

Qui est guidé par une étoile ne regarde jamais en arrière. 
Léonard de Vinci




(J'adore ce petit poulbot que j'avais offert à mon premier amour, quand j'avais 18 ans, pour symboliser l'enfant que je voulais de lui! Je me rends compte aujourd'hui, qu'il symbolise ce que je suis, qu'il dit l'étonnement et l'émerveillement que je ressens devant la vie. 
Je vous l'offre comme un cadeau d'amour...) 
Pascale
Partager cet article
Repost0
26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 21:56
 
Ce soir,
il pleut sur le jardin,
la terre sèche boit
joyeusement
cette eau de vie
venue du ciel…
 
Ce soir, SP_A1083-copie-1.jpg
près de moi,
une flamme brûle,
en prière pour
Mister Lee,
Bernadette
et Rolande,
et tous les souffrants…
 
Ce soir,
le glougloutement
de l’eau berce mon corps
fatigué de sa journée,
berce mon cœur
ouvert à tous les vents,
berce mon âme apaisée,
j’ai rendu les armes…
 
Pascale
 
Partager cet article
Repost0
17 février 2008 7 17 /02 /février /2008 19:30
Je t’aime,undefined
Tu m’as tout donné et je sais aujourd’hui que tu m’amènes tout doucement vers un endroit que toi seul(e) connait… j’ai résisté beaucoup, j’ai pleuré, tempêté, douté… j’ai pris des chemins de traverse, j’ai expérimenté tes plaines, tes montagnes, tes pays chauds, tes pays de neige, tes beautés, tes bontés, la douleur, la peur… je ne t’ai pas écoutée, je ne t’ai pas cru, bien souvent… mais toi, tu n’as jamais douté, tu as continué à m’aimer malgré tout, tu m’as portée quand j’avais perdu pieds, tu m’as caressée quand je pleurais, je le sais… de plus en plus je sens ta joie au fond de moi, même durant les chagrins. Chagrin dessus, joie dessous, profond, dans le même temps. Plus le temps avance, ce temps qui n’existe que dans nos têtes, plus je me sens grandir à l’intérieur de moi, plus je te sens grandir à l’intérieur de moi. Plus je suis présente à toi en moi, plus je sens cette joie, cette jubilation de vivre… juste vivre, vivre pour rien ou plutôt vivre pour tout… vivre tout… tout ce que tu es. Quel est ton nom? Vie, Amour, Présence, Absolu, Joie ??? Ce soir, mon cœur déborde de gratitude… Merci, Merci, de tout mon cœur…
Pascale
(15 février 2008)

DSCF1361.JPG
Photos de Roger Sensevy
 
Partager cet article
Repost0