Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • SOURIRE
  • Princesse me croyant souvent grenouille, j'ai besoin de toucher au sens de cette vie, de m'ouvrir à ma véritable nature. J'essaie d'etre presente a  tout ce qui se presente a moi, avec curiosité, amour et joie...
  • Princesse me croyant souvent grenouille, j'ai besoin de toucher au sens de cette vie, de m'ouvrir à ma véritable nature. J'essaie d'etre presente a  tout ce qui se presente a moi, avec curiosité, amour et joie...

Texte Libre

Rechercher

Archives

14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 21:26
J'ai passé le changement d'année seule, dans une petite maison en pierres de la Drôme provençale, avec un feu de bois: endroit superbe! Je suis partie sans livres, avec juste un enseignement de Krishnamurti et une interview d'Arnaud, du Mozart, mon coussin de méditation, quelques fiches de mouvements de yoga et un cahier. Au programme, méditation devant la cheminée, yoga, balades dans la nature, écriture. Je ressentais vraiment que le moment était au retrait de la vie ordinnaire et cette semaine m'a fait le plus grand bien. Je suis allée deux fois à l'Abbaye d'Aiguebelle, chez les moines cisterciens, pour les écouter chanter: moments magiques! retraite-2007-2008-008-copie-2.jpg
Cette semaine a commencé dans l'amour, l'amour de ma tante qui m'a prêté sa maison, amour de mon oncle qui a fait l'aller-retour dans la journée pour m'ouvrir la maison (la porte était difficile à ouvrir et il a dû effectuer une petite réparation), m'a fait un feu dans la cheminée, ouvert les fenêtres pour mon arrivée. MERCI à tous deux.
Et puis, j'ai eu, toute la semaine, un petit voisin rigolo que j'ai appelé "coquin", un petit rouge-gorge tout rond qui sautillait toute la journée dans le jardin! 
Dans les cyclamens fanés
Rouge-gorge sautillant
Le vent froid secoue le pin
J'ai vu combien il était difficile de rester là, sans pouvoir fuir dans la lecture, dans la discussion, dans les distractions, bien que j'en ai trouvé quand même. Un soir, j'en avais tellement marre que j'ai lu un Picsou que des enfants avaient laissé! C'est pour dire!!!  A l'Abbaye, j'ai acheté le dvd "Le grand Silence" et je l'ai regardé un soir mais je sais que c'était aussi une sorte de distraction, même si c'est la vie des moines de la grande Chartreuse et que la vision de ce film s'apparente à une méditation! Oui, qu'il est dur de rester dans le silence, avec soi-même, sans pouvoir s'échapper. Même écouter Arnaud ou Krishnamurti me distrayait de ce qui se passait en moi-même. retraite-2007-2008-003.jpg
J'ai eu le temps de faire le point sur ma vie, mes facilités, mes éccueils, mes dons, mes difficultés. 
J'ai écrit le 30 décembre: Etre au service de la Vie, voilà ce que je veux.
Le même jour, une très chère amie est passée me voir mais j'ai eu le courage de lui dire que je ne voulais pas qu'elle reste, c'est nouveau pour moi qui suis toujours dans le "faire plaisir". J'apprends à m'aimer, à respecter mes besoins. C'est bon.
Le 31, j'écris: L'agitation extérieure due aux rafales du vent dans le grand pin contraste avec la paix et le calme intérieur de la maison et de moi-même.
Ecrit le 1er de l'an: Que de choses passionnantes à vivre cette année, cette année de mutation, de transformation intérieure -CONFIANCE.
Sur la fenêtre penchées
Les jacintes bleues
Exhalent leur délicat parfum.
J'ai pris la mesure du temps, de l'espace, du silence nécessaire à la réalisation de notre véritable nature. Comment faire dans cette vie que nous menons?
Un chant des moines d'Aiguebelle m'a particulièrement touchée qui dit: "Rendons grâce à l'Esprit qui habite dans notre coeur". J'ai aimé chanté le "Notre Père" avec eux. retraite-2007-2008-006.jpg
Le 2 janvier: Difficile, dans le silence de cette retraite, de ne pas me laisser envahir par les pensées. Oui, ce sont elles qui me font mal. Si je suis au présent, très vivante, sans pensées ou rêveries, je suis joyeuse. C'est l'ego qui souffre, c'est l'ego qui a du ressentiment, et l'ego n'est que les pensées, les émotions, la mémoire, les mécanismes? Mais alors, qui est vraiment Pascale?
Le 3 janvier: Doit-on se confronter au monde ou se retirer du monde pour avancer? Comment Arnaud a-t-il pu s'éveiller dans la situation complexe de vie où il se trouvait?
Et le soir: Il y a de quoi devenir folle dans cette solitude et ce silence. L'esprit se saisit de tout ce qui passe et fait mousser pour s'en délecter! 
Et le 4: Moral dans les chaussettes. Je ne suis pas faite pour vivre en ermite! sans livre, sans rien à faire, sans voir personne. Ne pas bouger! Vivre tout ça au plus près! Ne pas m'échapper! Et puis un calme survient au bout d'un moment à l'intérieur de moi.
Plus tard: Vivre passionnément - vivre pour vivre - vivre pour la Vie - pour la beauté - pour la bonté.
Krishnamurti: Mourir chaque jour - naître chaque jour.
5 janvier: Départ: déjà! Dernière promenade au prieuré d'Alleyrac, en ruine dans la forêt, un endroit où j'allais marcher et méditer chaque jour.
retraite-2007-2008-009.jpg
Voilà, retour à la maison, plus proche de moi que jamais.
MERCI à tous ceux qui ont participé de près ou de loin à ce moment, MERCI à Pascale d'être ce que tu es, de me faire vivre de telles choses... MERCI à ceux qui me liront. 
Pascale
Partager cet article
Repost0
9 novembre 2007 5 09 /11 /novembre /2007 20:35
J'aimerais vous raconter une histoire. SP-A1299.jpg

Je suis dans ma voiture et j'écoute une émission à la Radio, c'est la dernière de l'année et ce sont des extraits de reportages qui ont eu lieu tout au long de l'année. 

Deux enfants dans une chambre. L'un, aveugle de naissance dont je ne me rappelle plus le prénom. L'autre, qui se prénomme Elias. Ils ont environ 11/12 ans. Ils font connaissance et parlent de la guerre, ils sont préoccupés par le sort des Israéliens et Palestiniens après leur mort, si jeunes. Et puis, le petit aveugle dit à Elias que lui, il a ses yeux au bout des doigts, qu'il voit avec ses doigts, qu'il a des doigts qui marchent... Elias dit: tu sais, des fois je te regarde mais je ne te vois pas. L'autre: Ah bon, mais comment c'est possible? Elias: parce que si je te regarde mais que je pense à autre chose et bien je ne te vois pas. Ah, dis l'autre surpris: tu as des yeux et tu ne me vois pas quand même? Et Elias de conclure d'un air grave: tu sais, il ne suffit pas d'avoir
 des yeux pour voir...

Les larmes me montent aux yeux. C'est l'instant de grâce. Une trouée de lumière dans le coeur du monde par l'intermédiaire d'un enfant. 

Pascale - 2003
Partager cet article
Repost0
13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 14:12
Dorénavant, je me donne le droit:
 
- à l'erreur
- de ne pas faire "juste"
- de laisser en plan
- de ne pas faire ce qu'il faudrait faire
- de me faire passer avant l'autre
- d'être mauvaise
- d'oublier - de ne pas mémoriser
- de changer d’avis
- de ne pas téléphoner si je n'en ai pas envie
- de rester seule quand j'en ai besoin
- de faire ce que j’aime, lorsque j'en ai envie
 
de vivre ce qui se passe en moi, sans forcer, sans juger, sans regretter de ne pas être autrement, sans vouloir qu'il y ait autre chose en moi...
 
Je me donne le droit d'être tout simplement moi.
 
Ce que je suis est parfait -ombre et lumière- je n'ai rien à améliorer, j'ai juste à voir ce que je suis, ce qui vit en moi, à l'accueillir, l'accepter et à l'exprimer ou non...
 
Si j'arrive vraiment à vivre ça, la confiance en la Vie et en moi, c'est tout ce que je demande à l'existence... ou plutôt ce que je me demande et je me donne même le droit de ne pas y arriver!!!
 
 
Et j’en donne tout autant le droit à l’autre.
Si j’accepte aujourd’hui d’être un être humain avec toutes les limites et contradictions que cela implique, j’en accepte tout autant de l’autre, lui aussi pleinement humain.
 
Pascale - mars 2003/mai2007
Partager cet article
Repost0
24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 20:37
 
L’assise
 
C’est une pratique de l’attention qui consiste à s’asseoir, le dos droit, à suivre sa respiration et à observer ses pensées et ses perceptions en les laissant vivre dans un état de simple présence et de relâchement profond.
 
C’est accueillir tout ce qui se passe, pensées, émotions, sensations, avec bienveillance et humour, sans contrôle ni jugement « bien, mal, j’aime, j’aime pas, etc... » ni agressivité, comme un vieux sage qui regarderait avec tendresse jouer un enfant.
 
C’est nous relier avec ce qui se passe vraiment sans refuser ni résister,
C’est toucher à une paix profonde.
C’est une pratique de non-violence.
 
La méditation nous met en contact avec notre véritable nature qui est amour, avec notre bon cœur fondamental.
 
Posture :
 
Soyez assis avec toute la majesté de la montagne et laissez à votre esprit tout l’espace du ciel.
 
- Par terre, jambes croisées ou sur une chaise
- Dos droit comme une flèche dans une cambrure naturelle
- Yeux entrouverts (fermés au début)
- Bouche entrouverte (sourire)
- Mains posées sur les genoux
 
Tournez-vous vers l’intérieur,
Abandonnez toute lutte avec ce qui se passe en vous,
Détendez-vous profondément – lâchez, laissez partir toute tension à chaque expiration,
Restez dans le simple contentement d’être, dans une confiance joyeuse en la vie, en votre nature divine, en votre trésor intérieur,
 
Un intervalle sépare chaque pensée, où la véritable nature de notre esprit se révèle.
 
Le quotidien
 
Le but est d’amener cet état de présence, de bienveillance, de paix et d’amour dans notre vie quotidienne, de laisser s’exprimer notre véritable nature.
 
Ne vous attendez pas à un miracle, mais vous pourrez constater que le fait de pratiquer la méditation quotidiennement (essentiel) amène une transformation subtile dans notre esprit, notre corps et nos comportements. La méditation a également un important pouvoir de guérison.
 
                                                                                        Pascale – 17 avril 2007
Partager cet article
Repost0
24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 19:57
 
Quel est pour vous le plus important dans la vie? Pour moi c'est aimer. Que vivre et aimer se confondent, se conjuguent au même temps. Que vivre et aimer soient le même verbe.
 
La couleur du ciel au soir d'été, la pluie qui bat la vitre, le vent qui court dans les herbes, qui emmêle les cheveux, le ronronnement du chat sur les genoux, le rire des enfants, leurs bras autour du cou, la fraîcheur du chemin qui s'enfonce dans la forêt, la fatigue et l'eau qui coule sur les épaules, les flocons de neige qui tournoient dans le silence, l'herbe bruissante d'insectes, la beauté d'un nénuphar au fil de l'eau, les sauts désordonnés des bébés bouquetins, un bouton de rose soudain éclos, un visage grave absorbé par la lourdeur du monde qui s'éclaire soudain d'un sourire éblouissant, les coquelicots qui dansent au bord du chemin, l'abricot qui fond de bonheur sur la langue, l'ondulation de la truite, ses couleurs chatoyantes, la caresse du soleil, du vent, sur la peau nue, le reflet de la lune sur la neige, la joie du feu qui crépite dans la cheminée, le partage, le tournoiement des hirondelles, l'insouciance des nuages, la préparation du gâteau d'anniversaire, les paroles amies au bout du fil, la jubilation d'une cascade bouillonnante, une main qui se tend, une main qui caresse, un regard aimant, le silence vrai, le sifflement aigu des marmottes, le chant du vent dans les trembles, le clapotis apaisant de l'eau qui danse d'un rocher à l'autre, le cri des choucas et leur vol si librement joyeux, le coeur ouvert à la vie... Je pourrai écrire des pages et des pages sans m'arrêter jamais pour dire la poésie, la joie, l'AMOUR...
 
Vivre chaque instant comme s'il était le plus important, comme s'il était sacré. Etre là, totalement présent et non pas disparu dans des pensées qui nous éloignent de la vie, de nous même. Etre là, ouvrir les yeux tout grands, comme le font les enfants. Etre là, ouvrir son coeur et se jeter dans la vie comme si tout dépendait de cet élan, avec confiance, innocence. Tout oublier dans cet élan, tout donner, ne rien garder pour soi.
 
-     D'ailleurs, qui est-ce soi?
-     rien, personne, une forme éphémère qui n'a que l'importance qu'on lui donne...
-     et au-delà?
-     de la forme?
-     oui.
-     l'AMOUR. Tout vient de l'Amour et tout y retourne. Non?
 
Quel est pour vous le but de la vie? Pour moi c'est apprendre à aimer. Parce que nous disons aimer mais nous ne savons pas.
 
Pascale/1996
 
 
Partager cet article
Repost0
24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 19:55
 
Elle est assise là, au détour d'un chemin,
les jambes repliées sous elle, la jupe éparse,
dans le parfum des fleurs écrasées,
à l'ombre d'un pommier.
Immobile, elle a l'air d'attendre, sans attendre...
Le regard perdu au loin, la tête un peu inclinée
comme à l'écoute de quelquechose d'invisible.
Tous les bruissements de l'été, les cris des oiseaux
restent loin d'elle...
Que regarde-t-elle? Qu'attend-elle? Nul ne le sait.
Un sourire flotte sur ses lèvres comme un secret,
comme une attente heureuse...
L'après-midi n'en finit pas de s'étirer,
elle n'a pas bougé.
Les ombres s'allongent, l'aube du soir approche,
un frisson la traverse tout entière qui la sort de son
apparente torpeur.
Elle semble revenir d'un voyage immobile.
Elle tourne la tête, pose sa main sur l'écorce rugueuse,
s'y appuie pour se dresser, s'ébroue comme un animal,
défroisse sa jupe, esquisse quelques pas incertains,
offre un dernier regard alentours et s'en retourne
vers le village, le même sourire aux lèvres...
 
 
    ATTENDRE
 
   Attendre sans attendre
   Attendre tout de la Vie
   sans attendre rien de précis
   La Vie ne sait-elle pas mieux
   que nous ce qu'il nous faut?
 
                                                                    Pascale1996
Partager cet article
Repost0
24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 19:54
 
A plusieurs reprises, il m'a été suggéré de développer mes écrits. Mais je dois dire que j'ai une démarche inverse. Lorsque j'écrit, je me laisse aller à exprimer toutes les facettes de ce que je désire dire. Ensuite, en me relisant, je trouve que c'est trop et non nécessaire. Aussi, mon travail suivant consiste à épurer, à trouver des mots plus précis, plus justes, qui vont à l'essentiel, qui suggèrent plutôt qu'ils expliquent. En tant que lectrice, j'aime le mystère de l'écriture, j'aime deviner derrière les mot. Je n'aime pas ce qui est totalement dévoilé, expliqué, trop facilement offert. Je n'aime pas la pleine lumière.
                                                                                    Pascale/1996
Partager cet article
Repost0
24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 19:50
Pourquoi? Pour qui?
  
J'ai toujours été très secrète, gardant pour moi mes inquiétudes, mes questions, mes joies... c'est pourquoi toutes les formes d'expression m'intéressent. Jusqu'à présent, ne sachant pas m'exprimer par la parole, l'écriture m'a aidé à dire ce que je désirais faire savoir alentours.
  
C'est en écrivant que je découvre, parfois, ce qui se passe au fond de moi, que j'apprends à me connaître, à comprendre qui je suis. (Un journal est très utile pour cela).
  
Pour moi, écrire fait partie de ma recherche de la vérité. La vérité entre moi et moi. La vérité entre l'autre et moi. La vérité de La Vie. Puisque cela ne m'est pas possible avec la parole. Mais, en réalité, c'est à cela que j'aimerai arriver. Arriver à ce que la parole vraie jaillisse spontanément de moi.
  
(En fait, un atelier de communication par la parole serait plus approprié pour moi!) 
  
Mais, aimant écrire, je suis heureuse de pouvoir partager ce bonheur avec vous.
  
Pascale/1996
 
Partager cet article
Repost0
24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 19:49
Partir! partir de là où je suis pour trouver qui je suis.
 
A quel moment ai-je pris conscience que j'étais autre que je suis? Que ce que je suis n'est pas vraiment moi, mais ce qu'on a fait de moi? Aucun souvenir de cet instant qui a eu lieu, qui a eu lieu nécessairement...
 
Partir sur des chemins inconnus, à la rencontre de la petite fille que j'étais et de ses rêves. Partir à la recherche de qui j'aurai été si on m'avait laissé libre d'être moi.
 
Découvrir sur ce chemin que la personne que je suis ou que j'aurai dû être n'a que peu d'intérêt. Découvrir qu'au fond de moi, ce moi pas tout à fait moi, il y a autre chose... lumière, amour, incroyable joie! Etincelle divine?
 
Vivre aujourd'hui avec cette certitude: Je suis. Et le reste n'a plus d'importance...
 
 
Pascale
Avril 96
Partager cet article
Repost0
24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 19:46
Dernier jour de septembre,
ce matin, 
l'arbre à mirabelles 
s'est réveillé tout jaune,
il s'est senti tout drôle,
il a frissonné,
puis il s'est souvenu de l'an dernier
et de l'an d'avant
et de celui d'avant encore...
Il a dit: "déja"!
et il s'est rendormi.
 
                                                              Pascale/sept. 1996
Partager cet article
Repost0