Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • SOURIRE
  • Princesse me croyant souvent grenouille, j'ai besoin de toucher au sens de cette vie, de m'ouvrir à ma véritable nature. J'essaie d'etre presente a  tout ce qui se presente a moi, avec curiosité, amour et joie...
  • Princesse me croyant souvent grenouille, j'ai besoin de toucher au sens de cette vie, de m'ouvrir à ma véritable nature. J'essaie d'etre presente a  tout ce qui se presente a moi, avec curiosité, amour et joie...

Texte Libre

Rechercher

Archives

3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 14:07

Reçois mon amour,

 

Tu aimerais connaître mes dix commandements.

C'est ennuyeux car je m'oppose aux commandements quels qu'ils soient.

Mais pourquoi ne pas s'amuser? Je dirais donc ceci:

 

1-N'obéis à aucun ordre s'il ne vient pas de ton être intérieur

2-Le seul Dieu qui existe est la vie elle-même

3- La vérité est en toi, ne la cherche nulle part ailleurs

4-L'amour est prière

5-Le vide est la porte d'accès au divin, c'est le moyen, la fin et l'accomplissement

6-La vie est ici et maintenant

7-Vis pleinement conscient

8-Ne nage pas, flotte

9-Meurs à tout moment afin de renaître, à chaque instant, renouvelé

10-Cesse de chercher. En d'autres termes: arrête-toi et vois.


Osho Rajneesh

Une tasse de thé - Le voyage intérieur

 

009

 

Transparences... 

 

Repost 0
Published by SOURIRE - dans Osho
commenter cet article
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 12:41

Le vrai jus de la vie est en vous. 
En ce moment même vous pouvez vous tourner vers l'intérieur, regarder en vous-même.
Aucun culte n'est nécessaire, aucune prière n'est nécessaire. 
Tout ce qui est nécessaire, c'est un voyage silencieux dans votre propre être.
C'est ce que j'appelle la méditation, 
un pèlerinage silencieux dans votre propre être. 

Et quand vous avez trouvé votre propre centre, vous avez trouvé le centre de toute l'existence.

 

Osho

 

osho4.jpg

 

 

Une amie m'envoie ces mots d'Osho que je m'empresse de vous partager... "Pélerinage silencieux dans notre propre être". C'est beau non? Et c'est tellement ça! Bonnes méditations à vous tous qui vous promenez par chez moi... Pascale


Repost 0
Published by SOURIRE - dans Osho
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 17:43

 

 

Faites savoir à votre mental que ses mises en scène ne vous intéressent pas. Y parvenir est une immense victoire.

Contentez-vous d'observer ce qui se passe dans votre crâne.

Ne dites rien, ne faites aucun commentaire. Ne jugez rien, ne combattez rien, n'essayez pas de supprimer quoi que ce soit.

Laissez vos pensées suivre leur cours et s'exhiber à leur guide. Restez simplement le spectateur et jouissez du film, le scénario est captivant.

Une surprise vous attend. Sous le feu immobile de votre attention pleine et neutre, vos pensées vont s'arrêter.

Il n'y aura plus rien à voir.

 

Osho

 

osho4.jpg

 

"sous le feu immobile de votre attention pleine et neutre", c'est beau non?

ça paraît si simple!


Repost 0
Published by SOURIRE - dans Osho
commenter cet article
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 17:53

L'amour vrai ne s'oppose jamais à la liberté.

Si vous aimez quelqu'un,

vous approuverez toujours qu'il fasse ce qui lui plaît.

Du moment qu'il le souhaite, vous serez d'accord.

Vous ne ferez jamais intrusion dans sa vie privée

et n'essayerez pas de voler son intimité.

Le trait fondamental de l'amour est d'accepter l'autre tel qu'il est

sans jamais tenter de le remodeler selon vos besoins

en le rabotant par-ci, en le rembourrant par-là,

comme le font généralement les couples et les amis.

Si vous aimez, vous ne poserez aucune condition.

Et si vous n'aimez pas, en quoi cela vous intéresse-t-il?

Les choses sont très simples.

La personne que vous aimez est laissée en paix, quoi qu'elle fasse.

Celle que vous n'aimez pas n'est rien pour vous,

elle peut donc également faire ce qu'elle veut.

Si vous pouvez avoir une relation amoureuse sans aucune jalousie,

quelque chose de solide et de précieux se sera installé dans votre vie.

Osho

Les mots du Silence

 

OM MANI PADME HUM 009

 


Repost 0
Published by SOURIRE - dans Osho
commenter cet article
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 19:39

Reçois mon amour,

La sécurité est impossible dans la vie,

Car celle-ci ne peut exister qu’en tant qu’insécurité.

Voilà pourquoi plus tu t’entoures de protections, moins tu vis.

La mort est la seule sécurité absolue.

N’aspire donc pas à être prémuni contre les dangers,

Car ce faisant tu aspirerais à la tombe.

 

Celui qui vit totalement, extatiquement, ne rêve jamais de cocon,

Accepte volontiers les aléas de l’existence et tu verras qu’ils ont leur propre beauté.

 

La tombe de Mulla Nasrudin avait une immense porte de bois

Soigneusement fermée et cadenassée que nul ne pouvait franchir.

En guise de blague macabre, le Mulla avait décidé que sa tombe n’aurait pas de murs.

Oh ! ce que le Mulla avait fait avec sa tombe,

Vous le faites tous avec votre vie et sans même le savoir.

 

Si tu veux vraiment vivre ainsi, fais-le au moins consciemment.

Je suis tranquille : tu seras incapable d’agir bêtement en connaissance de cause.

Tu en es incapable et  tous les hommes sont logés à la même enseigne.

Il est impossible d’agir stupidement tout en étant conscient !

Osho Rajneesh -- Une tasse de thé - Le voyage intérieur


J'ai ouvert le livre au hasard, et voilà! exactement ce qui me travaille en ce moment!
En partage. Pascale

Bauges-014.jpg

Repost 0
Published by SOURIRE - dans Osho
commenter cet article
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 21:13

Essayez de comprendre par quel processus d'identification vous en êtes arrivé à vous prendre pour ce que vous n'êtes pas. Vous vous assimilez à votre psyché. A vos yeux, vos pensées, vos sentiments et votre imagination sont "vous". Le résultat immédiat est la peur, l'angoisse de ne plus exister. Car si vos pensées, si vos sentiments et vos fantasmes se tarissaient, que resterait-il? Pour vous, l'arrêt du fonctionnement cérébral signifie l'anéantissement total.

En réalité, vous n'êtes pas les productions de votre cerveau. Vous vous en rendrez compte le jour où votre mental sera calme, immobile et vide.  Pour la première fois, vous saurez que vous existez sans lui et dans ce silence, la joie, la lumière et la conscience sont immensément plus grandes.

Osho




Vivre dans ce vide, sans pensées, donc sans passé, sans avenir... difficile de marcher sans repères connus dans cet espace... quelquefois, je le vis, je me sens tout à coup nue, totalement vulnérable... je me demande comment ça fait de vivre ça tout le temps, mais ça, c'est la pensée qui est de nouveau en action... donc, laisser ces instants tels quels, les vivre quand ils sont là... vivre sans espoir, vivre l'instant tel quel, dans le plus grand détachement, sans comparer... quelque fois il y a de la joie, quelque fois non... tout vivre... confiance. Pascale
Repost 0
Published by SOURIRE - dans Osho
commenter cet article
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 12:48
Pour chacun d'entre nous...

Vous ne pouvez être que ce que vous êtes.
Détendez-vous!
L'existence a besoin de vous tel que vous êtes.

Un jour, un roi constata que la désolation régnait dans ses jardins. Les arbres, les buissons, les fleurs, tout dépérissait. Il interrogea les végétaux et apprit que le chêne se languissait de ne pas ressembler au pin, que le pin se tourmentait de ne pouvoir porter des grappes comme la vigne et que la vigne avait perdu le sourire parce qu'elle ne parvenait pas à fleurir comme le rosier. Dans un coin, le roi découvrit une humble primevère fraîche et satisfaite, comme d'habitude.

Interrogée elle aussi, elle répondit:

- "Lorsque que tu m'as fait semer,
je me suis dit
que tu souhaitais
voir une primevère dans ton jardin.
Si tu avais préféré
un chêne, un pin
ou une vigne, c'est
ce que tu aurais planté ici.
C'est moi que tu
as voulu, alors
je me dis que la meilleure chose
était d'être moi-même."


Vous n'êtes là que parce que l'existence a besoin de vous tels que vous êtes, sinon quelqu'un d'autre occuperait votre place. Tel que vous êtes, vous représentez quelque chose d'essentiel, de fondamental. Pourquoi seriez-vous comme Bouddha? Si Dieu le voulait, il pourrait produire des bouddhas à la chaîne. Au lieu de cela, il vous a créé vous. Songez à l'honneur que vous fait l'existence! C'est vous qu'elle a choisi et non un Christ ou un Krishna. Ces Eveillés ont terminé leur oeuvre, ils ont répandu leur fragance dans le monde. A présent, c'est à vous de parfumer l'univers.

Observez-vous profondément.
Que pouvez-vous être d'autre que vous-même?
Pouvez-vous être quelqu'un d'autre?
Réjouissez-vous et fleurissez!
A moins que ne préféreriez vous étioler et dépérir...

Osho


Oui, répendons notre parfum dans le monde, la Vie nous a faits et nous aime tels que nous sommes. Réjouissons-nous et fleurissons, là où nous sommes... Je suis heureuse de fleurir dans le même jardin que vous... Tendresse. Pascale

Repost 0
Published by SOURIRE - dans Osho
commenter cet article
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 15:24

En echo avec l'article de Sevim "Rien n'est permanent"
Voici une histoire que Lao-Tseu aimait raconter et que j’adore :

 

Un pauvre chinois suscitait la jalousie des plus riches du pays parce qu’il possédait un cheval blanc extraordinaire. Chaque fois qu’on lui proposait une fortune pour l’animal, le vieillard répondait :

- Ce cheval est beaucoup plus qu’un animal pour moi, c’est un ami, je ne peux pas le vendre.

Un jour, le cheval disparut. Les voisins rassemblés devant l’étable vide donnèrent leur opinion :

- Pauvre idiot, il était prévisible qu’on te volerait cette bête. Pourquoi ne l’as-tu pas vendue ? Quel Malheur !

Le paysan se montra plus circonspect :

- N’exagérons rien dit-il. Disons que le cheval ne se trouve plus dans l’étable. C’est un fait. Tout le reste n’est qu’une appréciation de votre part. Comment savoir si c’est un bonheur ou un malheur ? Nous ne connaissons qu’un fragment de l’histoire. Qui sait ce qu’il adviendra ?

Les gens se moquèrent du vieil homme. Ils le considéraient depuis longtemps comme un simple d’esprit. Quinze jours plus tard, le cheval blanc revint. Il n’avait pas été volé, il s’était tout simplement mis au vert et ramenait une douzaine de chevaux sauvages de son escapade. Les villageois s’attroupèrent de nouveau :

- Tu avais raison, ce n’était pas un malheur mais une bénédiction.

- Je n’irais pas jusque là, fit le paysan. Contentons-nous de dire que le cheval blanc est revenu. Comment savoir si c’est une chance ou une malchance ? Ce n’est qu’un épisode. Peut-on connaître le contenu d’un livre en ne lisant qu’une phrase ?

Les villageois se dispersèrent, convaincus que le vieil homme déraisonnait. Recevoir douze beaux chevaux était indubitablement un cadeau du ciel, qui pouvait le nier ?

Le fils du paysan entreprit le dressage des chevaux sauvages. L’un d’eux le jeta à terre et le piétina. Les villageois vinrent une fois de plus donner leur avis :

-Pauvre ami ! Tu avais raison, ces chevaux sauvages ne t’ont pas porté chance. Voici que ton fils unique est estropié. Qui donc t’aidera dans tes vieux jours ? Tu es vraiment à plaindre.

- Voyons, rétorqua le paysan, n’allez pas si vite. Mon fils a perdu l’usage de ses jambes, c’est tout. Qui dira ce que cela nous aura apporté ? La vie se présente par petits bouts, nul ne peut prédire l’avenir.

Quelque temps plus tard, la guerre éclata et tous les jeunes gens du village furent enrôlés dans l’armée, sauf l’invalide.

- Vieil homme, se lamentèrent les villageois, tu avais raison, ton fils ne peut plus marcher, mais il reste auprès de toi tandis que nos fils vont se faire tuer. Je vous en prie, répondit le paysan, ne jugez pas hâtivement. Vos jeunes sont enrôlés dans l’armée, le mien reste à la maison, c’est tout ce que nous puissions dire. Dieu seul sait si c’est un bien ou un mal.

 

Ne jugez pas, sinon vous ne connaîtrez jamais la réalité. Vous réagissez obsessionnellement aux événements et sautez aux conclusions. Immédiatement, vous cessez de grandir. Le jugement dessèche votre intelligence. Votre mental aime prononcer des sentences parce que le flot mouvant de la réalité l’angoisse et lui fait perdre ses moyens. Le voyage ne s’achève jamais. La fin d’une route est le commencement d’une autre. En fermant une porte, vous en ouvrez une nouvelle et quand une montagne est gravie, vous découvrez celle qui suit.
L’homme courageux ne se soucie pas du but, il se contente de voyager, se satisfait du moment présent et grandit de seconde en seconde. Un tel homme fusionne avec Tout.
Osho

 

 

 

Repost 0
Published by SOURIRE - dans Osho
commenter cet article
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 15:24

La différence entre la crédulité et la confiance est aussi vaste que subtile. La crédulité est stupide, alors que la confiance est l'attitude la plus intelligente qui soit.
Retenez bien ce qui les distingue.
L'homme naïf et l'homme confiant sont tous les deux trompés et exploités. Mais le premier se sentira berné et réagira par la colère et la suspicion, alors que le deuxième n'éprouvera aucune rancune.
Tôt ou tard, l'homme crédule devient soupçonneux et méfiant. L'homme confiant n'est pas influencé par les menteurs et les escrocs, il éprouve de la compassion et ne perd jamais foi en l'humanité.
Là réside toute la différence.
A première vue, les deux hommes se ressemblent. Mais en réalité, la crédulité se mue en amertume, alors que de la confiance naissent une compréhension et une compassion de plus en plus grandes face aux faiblesses humaines.
La confiance est un bien tellement précieux qu'on préfère tout perdre, sauf la confiance.
Osho

                                                          * * *

En ce qui me concerne, j'ai eu une belle expérience. A la maison de retraite où j'étais en stage d'aide-soignante, un jour, il manquait quelqu'un au ménage. La responsable m'a demandé s'il m'était possible de remplacer la personne absente. J'ai dit oui. Toutes les aide-soignantes m'ont dit que j'étais exploitée, que ce n'était pas possible d'accepter ça, etc... pour moi, tout ça n'avait aucune importance, exploitée ou pas, il y avait un travail à faire et je l'ai fait, en toute quiétude et paix, le reste n'était pas de mon ressort. C'est quand je suis tombée sur ce texte de Osho que j'ai compris pourquoi je n'avais pas souffert d'être peut-être "exploitée" et j'ai été heureuse d'avoir vécu cela. Tendresse à tous. Pascale
Repost 0
Published by SOURIRE - dans Osho
commenter cet article
26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 20:42


N'oubliez pas que vous ne devriez pas quitter ce monde sans l'avoir rendu un peu plus beau,
un peu plus aimant.
A mes yeux, cette faculté de transformer la vie
en la rendant plus consciente
est notre seule force, notre seul pouvoir.
Acceptez toutes les situations paisiblement
et joyeusement.
Qui que vous soyez et où que vous soyez,
vous pouvez utiliser votre énergie
de manière créative.
Osho

Les photos sont celles d'un petit lac, créé de toute pièce par mon oncle, qui a ainsi rendu le monde plus beau et plus aimant. Ce petit lac est perdu en pleine nature de la Drôme provençale où j'aime aller faire de petites retraites de méditation solitaire. Je vous en reparlerai, car j'aimerai beaucoup le partager avec ceux que ça intéresse... Pascale

Repost 0
Published by SOURIRE - dans Osho
commenter cet article